Alerte au Québec

Durée de lecture : 2 minutes

11 mai 2011 / Hervé Kempf




Amiante, uranium, gaz de schiste, pétrole en mer, centrale nucléaire, mines, nouvelles routes : un seul de ces dossiers suffirait à déclencher l’inquiétude des écologistes. Le Québec les affronte tous à la fois, assailli par un capitalisme bien décidé à ne pas laisser une seule parcelle de ressource minérale à l’abri de la recherche du profit.

La bataille principale concerne l’exploration des gaz de schiste : elle est engagée depuis plus d’un an, et s’est épanouie en une forte mobilisation. Cela a conduit à un rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement recommandant la plus grande prudence. Mais le moratoire n’est pas encore acquis. Dans le golfe du Saint-Laurent, par ailleurs, l’inquiétude grandit à mesure que se multiplient les projets d’exploration de pétrole sous-marin.

La marée noire du golfe du Mexique, début 2010, a rappelé le désastre que peut provoquer le pétrole, d’autant plus préoccupant dans le Saint-Laurent que les eaux y sont froides, et que la décomposition des hydrocarbures s’y ferait très lentement. La Coalition Saint-Laurent s’est formée pour empêcher que le moratoire sur l’exploitation pétrolière, décidé en 1998, soit levé en 2012.

On a aussi appris, le 13 avril, que le gouvernement dirigé par Jean Charest soutenait la réouverture de la mine d’amiante situé dans la ville d’Asbestos. La fibre mortelle serait exportée en Inde. Les projets d’ouverture de mines d’uranium s’esquissent par ailleurs, certains avec la compagnie Areva. Le gouvernement veut de plus prolonger l’exploitation du réacteur nucléaire Gentilly II, qui applique la technologie Candu, particulièrement dangereuse. Le 9 mai, Jean Charest devait aussi annoncer une nouvelle mouture de son « Plan Nord », visant à développer l’exploitation minière, les barrages et les routes dans le nord de la province.

Sans doute observe-t-on sur toute la planète la même obstination maniaque à détruire l’environnement. Mais on ne connaît pas d’autres lieux où elle soit aussi concentrée qu’au Québec - dans une ambiance au demeurant délétère de corruption, de conflits d’intérêts et de financement du parti au pouvoir. Et pourtant, répètent ici écologistes et chercheurs, des alternatives existent, dans la sobriété, l’efficacité énergétique et un fort potentiel d’énergies nouvelles.

En fait, comme l’écrivent les activistes qui commenceront, le 15 mai à Rimouski, une marche de protestation à destination de Montréal, « un combat est engagé entre les énergies du passé et celles de l’avenir. Entre les fossiles et les vivants. Osons le dire : entre la vie et la mort ».






Source : Cet article a été publié dans Le Monde daté du 11 mai 2011.

Il a été repris par Le Devoir

Cet article a suscité une attaque malveillante du ministre québecois de l’environnement Pierre Arcand, à laquelle a répondu Hervé Kempf :les deux textes sont à lire ici

Lire aussi : Perdre le nord

5 juin 2020
Incendie de Lubrizol : les sénateurs critiquent sévèrement l’action gouvernementale
Info
4 juin 2020
Le train, grand oublié des plans de relance
Enquête
4 juin 2020
Comédienne, je ne veux pas que les théâtres rouvrent
Tribune




Du même auteur       Hervé Kempf