Alexandra David-Neel, la vie hors normes d’une femme en avance sur son temps

3 juillet 2018 / Laure Dominique Agniel

Pour percer le mystère de la vie d’Alexandra David-Neel, Laure Dominique Agniel a redonné toute sa place à Philippe, le mari, l’ami, le confident, le seul avec qui la plus célèbre des explo­ratrices a laissé tomber le masque.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Alexandra David-Neel est la plus célèbre des explo­ratrices. Déguisée en mendiante, elle est la première femme européenne à pénétrer en 1924 dans Lhassa, la capitale du Tibet, alors interdite aux étrangers.

On croit connaître le destin de cette infatigable voyageuse, mais sait-on qu’Alexandra David-Neel (1868-1969) a été une féministe de la première heure, journaliste, cantatrice, authentique anarchiste ne voulant dépendre de personne ?

Pour percer le mystère de la vie de cette femme incroyable, il y a un repère, un fil conducteur auquel Laure Dominique Agniel redonne toute sa place : son mari, Philippe. L’ami, le confident, le seul avec qui elle laisse tomber le masque.

Les milliers de lettres à son époux nous éclairent sur sa quête acharnée de liberté pendant les 101 années de son existence. Les différents noms qu’elle a portés traduisent ce cheminement vers l’invention de soi : née Alexandra David, elle associe le nom de son mari au sien pour signer son œuvre Alexandra David-Neel.

Dans un style limpide et enlevé, Laure Dominique Agniel (une collaboratrice de Reporterre) nous restitue la vie menée tambour battant d’une femme en avance sur son temps.


  • Alexandra David-Neel, de Laure Dominique Agniel, éditions Tallandier, juin 2018, 288 p., 19,90 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Dès 1978, Françoise d’Eaubonne pensait l’écoféminisme
20 novembre 2018
La Polynésie marquée à jamais par les essais nucléaires français
Info
21 novembre 2018
On peut se passer d’auto dans le rural, montrent la Suisse et l’Autriche
Tribune
17 novembre 2018
Ils roulent à vélo cargo et en sont très heureux
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre