Alexandra David-Neel, la vie hors normes d’une femme en avance sur son temps

Durée de lecture : 1 minute

3 juillet 2018 / Laure Dominique Agniel

Pour percer le mystère de la vie d’Alexandra David-Neel, Laure Dominique Agniel a redonné toute sa place à Philippe, le mari, l’ami, le confident, le seul avec qui la plus célèbre des explo­ratrices a laissé tomber le masque.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Alexandra David-Neel est la plus célèbre des explo­ratrices. Déguisée en mendiante, elle est la première femme européenne à pénétrer en 1924 dans Lhassa, la capitale du Tibet, alors interdite aux étrangers.

On croit connaître le destin de cette infatigable voyageuse, mais sait-on qu’Alexandra David-Neel (1868-1969) a été une féministe de la première heure, journaliste, cantatrice, authentique anarchiste ne voulant dépendre de personne ?

Pour percer le mystère de la vie de cette femme incroyable, il y a un repère, un fil conducteur auquel Laure Dominique Agniel redonne toute sa place : son mari, Philippe. L’ami, le confident, le seul avec qui elle laisse tomber le masque.

Les milliers de lettres à son époux nous éclairent sur sa quête acharnée de liberté pendant les 101 années de son existence. Les différents noms qu’elle a portés traduisent ce cheminement vers l’invention de soi : née Alexandra David, elle associe le nom de son mari au sien pour signer son œuvre Alexandra David-Neel.

Dans un style limpide et enlevé, Laure Dominique Agniel (une collaboratrice de Reporterre) nous restitue la vie menée tambour battant d’une femme en avance sur son temps.


  • Alexandra David-Neel, de Laure Dominique Agniel, éditions Tallandier, juin 2018, 288 p., 19,90 €.


Lire aussi : Dès 1978, Françoise d’Eaubonne pensait l’écoféminisme
19 juillet 2019
Sans vergogne, la publicité exploite le filon écolo
Info
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune
19 juillet 2019
Prespa, havre de nature sauvage au cœur des Balkans
Reportage




Du même auteur       Laure Dominique Agniel