Appel à soutien : Relocalisons !

Durée de lecture : 2 minutes

16 mars 2010 / par villalard

Relocaliser : une démarche à dimension universelle et solidaire mêlant respect environnemental et humain. Pétition discrètement en cours.


Sur nos étals, nous trouvons à longueur d’année des yaourts ayant parcouru 9 000 km, des pommes ayant parcouru 20 000 km et 10% des légumes consommés en France ont été cultivés en Chine.

Des forêts primaires, telles que la forêt amazonienne, sont détruites pour cultiver soja et maïs OGM afin de nourrir le bétail occidental, ceci au détriment d’un élevage écologique et paysan. Les cultures vivrières telles que le mil et le sorgho sont remplacées par des cultures d’exportation, telles que les haricots verts. D’autres forêts ou cultures vivrières sont même converties en cultures d’exportation destinées aux agrocarburants comme le palmier à huile. Ces monocultures intensives épuisent les sols et les ressources en eau et chassent les paysans de leurs terres.

Des fraises, des tomates et même du bétail vivant parcourent l’Europe dans un défilé constant de camions sur nos routes.

Inversement des quantités de poulets industriels subventionnés sont déversées sur les marchés africains, provoquant la faillite des producteurs locaux. Outre la malbouffe et les problèmes de santé induits, tout ceci conduit pour les plus pauvres de la planète à des crises alimentaires et à des migrations forcées.

A l’heure de l’urgence climatique et des délocalisations massives, nous ne voulons plus consommer ces produits qui ont parcouru des milliers de kilomètres et qui peuvent être produits à proximité.

Il est temps de mettre fin à ces aberrations et de relocaliser nos productions.

Nous appelons à consommer et à produire local, à développer des circuits courts entre producteurs et consommateurs qu’il s’agisse de biens agricoles ou manufacturés ou de services.

Certains choix nous sont imposés par les logiques marchandes et d’accumulation de profits. Il est cependant possible de changer nos modes de consommation par des actes quotidiens en les rendant plus équitables, plus écologiques et plus solidaires.

La relocalisation est un moyen de promouvoir la qualité éthique des productions, le respect de conditions de travail décentes ainsi que le respect du vivant et de la biodiversité.

Loin d’un repli protectionniste qui isole et oppose les humains, nous vous invitons à rejoindre une démarche à dimension universelle et solidaire mêlant respect environnemental et humain : réduire la consommation d’énergie et l’empreinte écologique, favoriser l’emploi et les activités locales, développer la souveraineté alimentaire, l’indépendance énergétique et industrielle au Nord comme au Sud.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source avec pétition : http://manuboutet.free.fr/phpPetiti...

Lire aussi : Relocalisons Copenhague http://www.reporterre.net/spip.php?...

17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune


Du même auteur       villalard