Areva en procès pour faute inexcusable à Arlit

Durée de lecture : 2 minutes

6 février 2012 / par villalard

Areva exploite de l’uranium à Arlit, au Niger, depuis des décennies. La protection des travailleurs et des populations contre la radioactivité n’a pas toujours été bien effectuée. Un premier cas de mort induite par cette radioactivité a été jugé à Melun le 3 février.


Alors que l’agence Reuters fait savoir que : « Trois juges se pencheront le 8 février sur un accord prévoyant le versement des quelque 1,5 million d’euros d’indemnités de départ que l’ex-présidente d’Areva Anne Lauvergeon réclame à son ancien employeur », un autre procès se déroule devant le TASS [tribunal des affaires de Sécurité sociale] de Melun. Un ancien responsable de la maintenance d’une filiale d’Areva, dans l’exploitation minière d’Arlit (Niger), est décédé d’un cancer broncho-pulmonaire radio-induit reconnu en maladie professionnelle. Sa famille a engagé devant le TASS de Melun une action en faute inexcusable de l’employeur, contre Areva qui décline toute responsabilité.

C’est désormais une « tradition » dans l’industrie nucléaire, entre filialisation et sous-traitance, la responsabilité des risques et de leurs conséquences n’est jamais à mettre à l’actif des exploitants.

Selon Maître Jean-Paul Teissonnière, qui plaidait, ce 3 février, pour la famille, au tribunal de Melun, « Areva, titulaire de la concession minière d’Arlit et actionnaire – alors majoritaire – de sa filiale Cominak, est l’employeur réel ». Connaissant parfaitement les risques, les responsables Areva au plus haut niveau ont failli à leur obligation de sécurité de résultats, vis-à-vis des travailleurs de la maintenance du nucléaire, au Niger comme en France.

Ce procès contribue à lever le voile sur les conditions indignes d’exploitation des mines d’uranium par Areva en Afrique, comme le montre le dossier établi par la CRIIRAD.

Pour une maladie professionnelle reconnue chez un salarié français ayant travaillé au Niger, combien de morts et de malades dus à la radioactivité – rendus invisibles par les choix d’organisation du travail – chez les travailleurs du Niger et dans la population riveraine des mines et usines d’uranium dans ce pays ?

Solidaires de la famille éprouvée par ce décès, les associations Henri Pézerat et Sous-Traitance – Santé veulent souligner l’écart entre les indemnités de départ demandées par madame Lauvergeon et le déni de responsabilité d’Areva dans le cas d’une maladie mortelle due à la radioactivité.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Association Henri Pézerat

Photo : RFI

Lire aussi : La malédiction d’Arlit

12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage


Du même auteur       villalard