Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

Jardin sans pétrole

Argile, bouse de vache et décoction de prêle : un badigeon pour soigner le pêcher

Victime d’un champignon, le pêcher du jardin sans pétrole a besoin d’aide. Celle-ci se fait au moyen d’une recette indienne ancestrale à base de bouse de vache.

Nous sommes partis de bon matin, afin d’éviter la pluie annoncée pour l’après-midi. La lumière est chaude et couvre d’or les feuilles des arbres. Celles-ci tournoient dans le ciel telles des pépites, puis rejoignent, inertes, le chemin pierreux qui mène au jardin. Nous allons poursuivre le nettoyage des buttes, ôter les pieds de courgette qui n’ont plus rien donné, démonter les tipis de haricots verts.

Ce jour de soleil est idéal pour appliquer le badigeon protecteur sur le pêcher, atteint par le champignon Taphrina deformans. Sa recette, à base d’un mélange d’argile et bouse de vache, s’inspire de pratiques ancestrales en Inde. Ce badigeon est notamment utilisé pour colmater les paniers en bambou dans lesquels est conservé le riz. La bouse sert aussi à enduire les semences pour éviter les attaques de champignons microscopiques, éloigner les oiseaux et les rongeurs. À ce mélange qui permet d’assainir l’arbre, on peut ajouter d’autres composants bienfaisants.

Aussi, j’ai préparé avant de partir, une décoction de prêle, cueillie dans le jardin il y a quelques semaines. Pour la réaliser, il suffit de la mettre dans une casserole, de couvrir d’eau froide, puis de porter à ébullition pendant quelques minutes. C’est dans cette tisane riche en silice et bénéfique pour les parois des cellules végétales que nous avons délayé la bouse de vache rapportée par Jean-Marie de son Aveyron natal et la bentonite achetée en Alsace au printemps dernier, chez des biodynamistes, pour préparer les semis. Puis nous y avons ajouté de la cendre d’os de poulet pour apporter de la potasse et du phosphore.

Léonie avait très envie d’appliquer cette mixture, qui a la consistance d’une pâte à crêpe, sur le tronc du pêcher avec une brosse très souple. Nous en avions beaucoup. On a aussi badigeonné le pommier et la vigne et rapporté un pot de notre badigeon à des amis qui ont des fruitiers dans leur campagne.

L’application du badigeon au moyen d’une brosse très souple.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende