Attention ! Les crapauds sortent d’hibernation

Durée de lecture : 2 minutes

26 mars 2013 / Aspas



Dure vie que celle des amphibiens. Ils sont en très mauvaise posture dans tous les pays du monde. Et voilà qu’ils sortent d’hibernation, traversent les routes, et courent le plus grand risque de se faire écraser.


Levons le pied pour les crapauds et ceux qui les ramassent !

Les amphibiens sortent actuellement d’hibernation pour rejoindre leur lieu de reproduction… Comme ils se font écraser sur les routes, de nombreux bénévoles les ramassent, faute de structure en France pour coordonner les bonnes volontés.

L’ASPAS diffuse gratuitement un guide de conseils et propose des panneaux signalétiques adaptés, à placer aux abords des routes. Et demande aux automobilistes un peu plus de compréhension.

Les crapauds, les grenouilles ou les tritons sont d’utiles éliminateurs de moustiques ou de limaces, et sont protégés par la loi. Or, chaque année, pendant leur migration nuptiale durant laquelle ils tentent de rejoindre les zones humides nécessaires à leur reproduction, ces amphibiens se font écraser par millions, agonisant parfois dans d’atroces souffrances.

S’ajoute à cette souffrance animale et à la disparation progressive de ces espèces sauvages protégées, un réel danger pour les automobiliste de « crapauplanning » … La prudence est donc de mise.

Si vous constatez des écrasements de crapauds, et vous ne savez pas comment agir ? Voici différents degrés d’action :

• Le plus simple et le plus immédiat : ramassez-les et faites-les traverser. Leur venin n’est absolument pas toxique pour l’homme, il faut juste ne pas se frotter les yeux. Pour ne pas abîmer leur peau fragile, mouillez-vous les mains avant de délicatement les saisir. Votre seul matériel sera une torche, un seau et un gilet fluo.

• Un peu plus collectif : rassemblez des volontaires et organisez des roulements. Vous pouvez également coller des affiches chez les commerçants pour sensibiliser les gens. Prévenez éventuellement les gendarmes, qu’ils veillent au respect des vitesses lors des ramassages…

• Pour une action efficace et à plus fort impact, ou un projet de crapauduc, il faut contacter une association locale de protection de la nature et l’ASPAS pour vous aider dans vos démarches. Écrire au Conseil général et à la mairie, obtenir leur aide, leurs autorisations, etc.

• L’ASPAS propose aux particuliers, aux mairies et aux associations des panneaux de signalisation réfléchissants, en PVC, semblables aux panneaux routiers. Attention : leur pose sur la voie publique est soumise à autorisation accordée par les Conseils généraux ou les mairies.

À vos seaux et à vos gilets fluo, l’ASPAS est à votre écoute !






Source : ASPAS

Photo : Les jardins du Laveu

Lire aussi : Le massacre routier des amphibiens

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
30 septembre 2020
Intimidations, arrestations… Les écologistes biélorusses réprimés par le pouvoir
Info
30 septembre 2020
En Angleterre, des cabanes perchées contre une voie ferrée
Info




Du même auteur       Aspas