Au Bangladesh, des centaines d’usines fermées pour protester contre l’exploitation

Durée de lecture : 3 minutes

15 mai 2013 / LeParisien.fr


Un effondrement faisant plus d’un millier de morts et un incendie à quelques jours d’intervalle, c’en est trop pour les ouvriers des usines textiles du Bangladesh. Mardi [14 mai], des centaines d’ateliers devaient fermer après les revendications d’employés qui se sentent en danger. Et ce malgré l’augmentation de leur salaire annoncée dimanche et la volonté de quelques marques y faisant fabriquer leurs collections d’indemniser les sinistrés.

Des manifestations continuent d’agiter le pays.

Fermées pour une durée indéterminée

« Toutes les usines de la zone industrielle d’Ashulia vont fermer pour une durée indéterminée à partir de mardi à cause de l’agitation de la main d’œuvre », explique Shahidullah Azim, le vice-président de l’Association des fabricants et exportateurs de textile. « Nous avons pris cette décision pour assurer la sécurité de nos usines », poursuit-il.

Cette zone industrielle, située à une trentaine de kilomètres de Dacca, regroupe les usines comptant parmi les plus importantes du pays. Plus de 500 ateliers qui travaillent avec des marques occidentales telles que l’américain Walmart, le suédois H&M, l’espagnol Inditex ou le français Carrefour y sont basés. Mais il n’y a « pratiquement aucun travail » dans ces usines depuis deux semaines, précise Shahidullah Azim.

Les ouvriers demandent l’exécution du propriétaire de l’immeuble effondré à Dacca

« Dans 80% des usines, les ouvriers ont débrayé aujourd’hui [lundi] pour demander des hausses de salaires », note le chef de la police d’Ashulia, Badrul Alam. Tous réclament également l’exécution du propriétaire de l’immeuble qui s’est effondré à Dacca. D’autant que la veille du drame, des ouvriers avaient signalé des fissures sur le bâtiment. Leurs responsables leur avaient demandé de reprendre le travail.

La semaine dernière déjà, « seize usines ont été fermées à Dacca et deux à Chittagong », avait annoncé le ministre du Textile, Abdul Latif Siddique, précisant que de nouvelles usines cesseraient leur activité dans le cadre du renforcement des mesures de sécurité. Craignant que les marques occidentales se détournent de leurs fournisseurs bangladais, le gouvernement a par ailleurs annoncé lundi dernier la mise en place d’une commission d’enquête devant inspecter les quelque 4 500 usines textiles à la recherche d’éventuels défauts de construction. Le ministre du Textile a été nommé à la tête de cette commission.

Ces « ateliers de la misère » dénoncés par les ONG

Le Bangladesh est le deuxième exportateur au monde de vêtements en raison de la modicité des salaires et d’une main-d’œuvre abondante. Ce secteur-clé de l’économie, qui génère 29 milliards de dollars par an, représentait l’an dernier 80% des exportations du pays. Mais les conditions de travail et les normes de sécurité dans cette industrie sont dénoncées depuis des années par les ONG et la tragédie du Rana Plaza a relancé les vives critiques sur ces « ateliers de la misère ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Le Parisien

Lire aussi : En Inde, une victoire du peuple Dongria contre la mine de Vedanta

12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage
9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage




Du même auteur       LeParisien.fr