Au Nord comme au Sud, les riches sont les principaux pollueurs

Durée de lecture : 1 minute

6 novembre 2017 / Lucas Chancel

  • Présentation du livre par son éditeur :

Dans un contexte d’accroissement des inégalités et de chômage de masse, les politiques environnementales sont souvent perçues comme des contraintes supplémentaires, quand elles ne sont pas qualifiées de mesures anti-pauvres ou anti-ruralité. Pourtant, il existe un lien étroit entre les injustices sociales et environnementales.

En effet, les données chiffrées sont sans appel : au Nord comme au Sud, les plus riches sont les principaux pollueurs, tandis que les plus modestes sont davantage exposés aux risques et plus vulnérables face aux dégâts occasionnés, comme les récents ouragans en Atlantique l’ont montré.

C’est pourquoi la question de la justice sociale doit être mise au cœur des politiques de développement durable. Infrastructures, systèmes de mesure innovants, réformes fiscales… Les solutions et les exemples à suivre ne manquent pas. Seulement, leur mise en œuvre ne se fait pas du jour au lendemain, ni sans résistances, que ce soit en Europe, aux États-Unis ou en Inde. Afin d’accompagner et d’accélérer la nécessaire métamorphose de l’État social, l’auteur propose plusieurs pistes concrètes et plaide pour une meilleure articulation des luttes locales et de la coordination internationale.


  • Insoutenables Inégalités. Pour une justice sociale et environnementale
    , de Lucas Chancel, éditions Les Petits Matins, octobre 2017, 184 p., 16 €.

23 juillet 2019
Tritium dans l’eau : « Aucune raison de paniquer mais beaucoup de raisons de se mobiliser »
Entretien
23 juillet 2019
Le changement climatique n’est plus une idée, c’est ma réalité
Édito
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune