Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

Au Québec, un forage pétrolier en mer est retardé d’un an

Du pétrole dans le golfe du Saint Laurent ? Avant de chercher, il faut mener une étude environnementale, conclut l’administration.


Les évaluations environnementales vont retarder d’un an le projet de forage d’hydrocarbures Old Harry, au large des Îles-de-la-Madeleine, affirme la société Corridor Resources, qui demande une prolongation de son permis de forage.

L’entreprise s’est adressée à l’Office Canada-Terre-Neuve des hydrocarbures extracôtiers pour retarder l’examen de son étude d’impacts environnementaux, qui devait commencer ces jours-ci.

Corridor Resources estime qu’il faut attendre la fin de la mise à jour de l’évaluation environnementale stratégique terre-neuvienne au sujet des forages dans le golfe du Saint-Laurent.

L’évaluation du Québec

Rappelons que Québec mène actuellement sa propre évaluation environnementale stratégique (EES) sur l’exploitation des hydrocarbures dans la portion québécoise du Golfe.

« Nous demandons à l’Office de mener ces consultations en série plutôt qu’en parallèle, affirme Phillip R. Knoll, président et chef de la direction de Corridor Resources, en entrevue avec La Presse. Mais dans l’intervalle, nous demandons que l’Office suspende notre permis afin que les délais cessent de courir. »

Selon son permis actuel, Corridor doit faire son forage avant janvier 2015, mais les évaluations en cours vont le retarder d’un an, dit M. Knoll.

« La seule chose équitable à faire, c’est de suspendre les délais », dit-il.

Dans un communiqué, l’Office a déjà indiqué que l’examen de la demande de Corridor Resources va retarder de plusieurs semaines le début de l’examen de son étude d’impacts, qui a été confiée à Bernard Richard. M. Richard devait siéger dans toutes les provinces riveraines du Golfe, y compris au Québec.

Corridor a éprouvé des difficultés financières récemment, quand elle a dû renoncer à trouver un partenaire pour un projet d’exploitation de gaz de schiste au Nouveau-Brunswick.


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende