Au Québec, un forage pétrolier en mer est retardé d’un an

Durée de lecture : 1 minute

23 janvier 2012 / La Presse



Du pétrole dans le golfe du Saint Laurent ? Avant de chercher, il faut mener une étude environnementale, conclut l’administration.


Les évaluations environnementales vont retarder d’un an le projet de forage d’hydrocarbures Old Harry, au large des Îles-de-la-Madeleine, affirme la société Corridor Resources, qui demande une prolongation de son permis de forage.

L’entreprise s’est adressée à l’Office Canada-Terre-Neuve des hydrocarbures extracôtiers pour retarder l’examen de son étude d’impacts environnementaux, qui devait commencer ces jours-ci.

Corridor Resources estime qu’il faut attendre la fin de la mise à jour de l’évaluation environnementale stratégique terre-neuvienne au sujet des forages dans le golfe du Saint-Laurent.

L’évaluation du Québec

Rappelons que Québec mène actuellement sa propre évaluation environnementale stratégique (EES) sur l’exploitation des hydrocarbures dans la portion québécoise du Golfe.

« Nous demandons à l’Office de mener ces consultations en série plutôt qu’en parallèle, affirme Phillip R. Knoll, président et chef de la direction de Corridor Resources, en entrevue avec La Presse. Mais dans l’intervalle, nous demandons que l’Office suspende notre permis afin que les délais cessent de courir. »

Selon son permis actuel, Corridor doit faire son forage avant janvier 2015, mais les évaluations en cours vont le retarder d’un an, dit M. Knoll.

« La seule chose équitable à faire, c’est de suspendre les délais », dit-il.

Dans un communiqué, l’Office a déjà indiqué que l’examen de la demande de Corridor Resources va retarder de plusieurs semaines le début de l’examen de son étude d’impacts, qui a été confiée à Bernard Richard. M. Richard devait siéger dans toutes les provinces riveraines du Golfe, y compris au Québec.

Corridor a éprouvé des difficultés financières récemment, quand elle a dû renoncer à trouver un partenaire pour un projet d’exploitation de gaz de schiste au Nouveau-Brunswick.






Source : La Presse

Lire aussi : Au large de Marseille, un projet de forage en mer, pour étudier la géologie - et chercher du pétrole

26 septembre 2020
Sénateurs, ils et elle racontent comment ils font avancer l’écologie
Info
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage
25 septembre 2020
Covid-19 : « Elle a bon dos, la science ! »
Entretien




Du même auteur       La Presse