Au bureau, c’est le vélo qui fait marcher l’ordinateur

Durée de lecture : 2 minutes

19 septembre 2014 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

À New York, deux jeunes entrepreneurs lancent un vélo-bureau permettant de faire fonctionner un ordinateur, ou encore de moudre du grain. Une invention qui pourrait bien révolutionner le monde du travail.


Quand les patrons refuseront de payer l’électricité du bureau, ou quand tous les employés seront délocalisés chez eux et que l’énergie sera hors de prix, on sera bien contents qu’Andy Wekin and Steve Blood aient pensé à inventer le bureau-vélo qui fabrique de l’électricité !

En même temps, comme on travaillera vingt heures par jour, ce sera mieux que de rester assis sans bouger du tout. De quoi s’agit-il ?

Les projets qui utilisent l’énergie produite par un pédalier ne sont pas nouveaux, comme au Guatemala, où l’on recycle les vieux vélos pour les transformer en machines à produire de l’énergie.

- Vidéo de présentation du projet Maya Pedal :

Pedal Power, basé à Essex, New York, s’est de son côté penché sur la question énergétique dans les bureaux et pense avoir trouvé une bonne idée. Pour la réaliser, il a lancé une campagne sur kickstarter.

On connaissait déjà les bureaux où l’on travaille debout, les bureaux avec tapis roulant où l’on peut marcher tout en travaillant, mais là, il s’agit d’un vélo relié à un générateur avec, en guise de guidon, un plateau sur lequel poser un ordinateur, ou même une feuille de papier. L’énergie produite est suffisante pour faire fonctionner un ordinateur ou recharger un téléphone, ou même moudre du grain, battre son propre beurre, faire marcher une machine à coudre, ou scier une bûche. Ou n’importe quoi qui demande peu d’énergie.

Encore un peu bruyant, les inventeurs travaillent à le rendre plus discret. Les plans seront bientôt disponibles en open source (libre accès), mais les concepteurs pensent qu’ils vendront aussi des modèles à ceux qui ne savent pas suffisamment bien souder.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre à partir de The Atlantic.

Photos : Power Pedal

Lire aussi : Pédaler, une inépuisable source d’énergie…


Cet article a été rédigé par une journaliste professionnelle et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info
20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info




Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)