Au fait, le Mox, c’est quoi ?

Durée de lecture : 3 minutes

21 novembre 2011 / Bernard Laponche

« Ce combustible est un million de fois plus radioactif que l’uranium de base. Radioactivité et température rendent sa manipulation plus complexe, sa présence dans le réacteur rend son contrôle plus délicat. »


Un réacteur nucléaire fonctionne grâce à l’uranium. En même temps est produit un élément plus lourd et plus radioactif : le plutonium. Le combustible MOX est un mélange d’uranium et de plutonium, d’où son appellation issue de l’anglais, mixed oxyde.

La fabrication du MOX comporte deux étapes. D’abord, on récupère les combustibles irradiés issus des réacteurs. Dans l’usine de retraitement de la Hague (Manche), on en extrait les quelques centièmes de plutonium qu’ils contiennent. Ce plutonium est ensuite transféré à l’usine Melox de Marcoule (Gard) pour être mélangé avec de l’uranium appauvri afin de constituer le MOX, qui contient alors environ 7% de plutonium.

La production de MOX a commencé dans les années 1960. L’objectif a d’abord été l’élaboration de la bombe atomique. Puis il a été utilisé pour le fonctionnement des réacteurs surgénérateurs, en particulier Superphénix, abandonné en 1998. Les gouvernements ont tout de même décidé de conserver la production de plutonium comme composant du MOX, utilisé actuellement dans 21 des 58 réacteurs français. Ces centrales l’utilisent environ pour un tiers de leur combustible. Mais elles peuvent tout à fait s’en passer. C’est aussi vrai pour le réacteur EPR, à Flamanville ou ailleurs.

L’argument selon lequel celui-ci n’utiliserait que du MOX est totalement faux. Il peut sans aucun problème ne fonctionner qu’à l’uranium. Les Finlandais ne prévoient d’ailleurs pas de l’utiliser pour l’EPR qu’ils construisent. Seuls 41 réacteurs dans le monde sur 450 s’en servent. Les États- Unis, qui ont le plus grand parc nucléaire au monde, n’y recourent pas. Cela prouve bien qu’on peut se passer du MOX, d’autant qu’il a de nombreux inconvénients :

- Ce combustible est un million de fois plus radioactif que l’uranium de base. Radioactivité et température rendent sa manipulation plus complexe, sa présence dans le réacteur rend son contrôle plus délicat.
- Ensuite, en cas d’accident, sa présence dans le réacteur et dans les piscines aggrave les conséquences possibles.
- Enfin, il n’est pas retraité et se retrouve stocké en l’état.

Au final, toute l’opération ne permet de réduire que de 15% environ la quantité de plutonium produite initialement. J’estime donc qu’il n’y a aucun intérêt à fabriquer ce combustible. Même EDF n’a pas d’avantage à utiliser du MOX. Retraiter de l’uranium lui coûte plus cher que de le stocker dans des piscines.

L’arrêt de la production du plutonium et du retraitement du combustible irradié ne signifie pas l’arrêt de l’usine de la Hague, car il y a un énorme travail sur le stockage et la gestion des déchets radioactifs ainsi que la mise au point des techniques de démantèlement des centrales et des usines nucléaires.

Pour finir, l’avenir du MOX n’a rien à voir avec le débat actuel sur la sortie du nucléaire. La France peut arrêter sa production sans réduire celle d’électricité. Le prix de celle-ci pourrait même en bénéficier ! Car encore une fois, le retraitement des combustibles irradiés est plus coûteux que son stockage.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Journal du Dimanche

Lire aussi : Le texte alambiqué de l’accord entre PS et écolos sur le Mox

16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
6 novembre 2019
Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser
22 novembre 2019
Convention citoyenne pour le climat : devenez une assemblée réellement démocratique !




Du même auteur       Bernard Laponche