Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

Jardin sans pétrole

Autofécondant, le vaillant noisetier n’a pas besoin des abeilles

Pour la première année, les noisetiers du Jardin sans pétrole sont en fleurs. Présageant de possibles noisettes en septembre, cette efflorescence est l’occasion de s’intéresser à cette espèce dite « monoïque », capable de se féconder.

Le sol du jardin est détrempé. Je m’aventure d’un pas que j’espère assez léger pour cueillir de la cardamine hirsute. Il y en a partout. Elle a remplacé la renoncule rampante et c’est tant mieux. Elle forme un couvert tapissant en hiver, s’arrache facilement et, comestible, elle donne un petit goût de cresson à la salade. Mais là, il y en a tellement que je vais tenter d’en faire de la soupe. Il vaut mieux cette année ne pas la laisser trop grainer… or, aujourd’hui, elle est en fleurs.

La cardamine hirsute.

Les perce-neige aussi sont en fleurs ainsi que les deux noisetiers, plantés à l’automne 2013.

Où sont donc les femelles 

C’est leur première floraison, signe que nous aurons peut-être des noisettes en septembre. La floraison est facile à repérer avec les longs chatons jaunes qui pendent au bout des branches. Au sens botanique, il s’agit d’un épi, d’une grappe de fleurs constituées d’écailles rattachées à un axe central. Au cœur de chaque écaille, bien protégées, les étamines portent les sacs de pollen. Ces chatons bien visibles sont des fleurs mâles.

Les fleurs du noisetier.

Où sont donc les femelles ? Il m’a fallu un peu de temps pour en trouver une tout juste éclose, laissant émerger à la pointe d’un bourgeon une houppe de filaments rouges, les stigmates. Il doit y en avoir d’autres le long des rameaux, mais tant qu’elles n’ont pas éclos, il n’est pas possible de les différencier d’un bourgeon portant les feuilles.

Le noisetier, espèce dite monoïque, porte les deux types de fleurs, mâle et femelle. En se balançant doucement sous l’effet du souffle, la fleur mâle libère des milliers de grains de pollen qui vont ensemencer les filaments rouges de la fleur femelle — les stigmates, donc — et déclencher la fabrication des noisettes.

Ce n’est pas si souvent que le sort d’une espèce ne dépend pas des abeilles !

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende