Aux Etats-Unis, le fichage ADN des nouveaux-nés se généralise

Durée de lecture : 2 minutes

31 mars 2010 / Napakatbra

Bon nombre d’Etats américains prélèvent, analysent et stockent ad vitam aeternam l’ADN de leurs nouveau-nés, sans même en informer les parents.


Imaginez qu’un mois après la naissance de votre enfant, son pédiatre vous appelle pour vous annoncer qu’il est porteur d’une anomalie génétique. Panique à bord. Quelques jours plus tard, après moult analyses médicales, le calme revient. Votre marmot est en bonne santé, il n’est pas porteur de la maladie tant redoutée. Puis vient le temps des questions. Et là, re-panique. Comment ce doc’ de choc a-t-il pu découvrir l’anomalie ? Simple : votre gouvernement veille sur vous, il a décidé d’analyser l’ADN de votre enfant, sans même prendre la peine de vous en informer. Et il conservera indéfiniment son emprunte génétique. Prévoyant avec ça...

Sans gêne éthique

Malheureusement, il ne s’agit pas d’une fiction mais bien d’une information, balancée à la sauvette par CNN. Un fichage ADN généralisé se met discrètement en place, dans de nombreux Etats américains tels que la Californie ou la Floride, sans que les citoyens en soient informés. Officiellement, cette base de données est destinée à détecter d’éventuelles nouvelles anomalies génétiques, à mesure que le science progresse. Elle pourrait aussi permettre d’aider à la recherche de personnes disparues ou d’identifier des corps. Et bien plus... Car si les prélèvements sont réalisés par des laboratoires publics, ils peuvent aussi être transférés au privé.

Assureurs et employeurs tatillons se frottent les mains...

Régulièrement, des parents découvrent par hasard que l’ADN de leur enfant est prélevé, analysé et stocké. Régulièrement, ils comprennent en même temps que leur progéniture est porteuse d’un gène « discriminatoire » (ou pourrait le devenir). Et même si le bambin est finalement déclaré « sain », les traces de ce « risque » resteront à jamais gravées dans cette base de données qui ne manquera pas, un jour ou l’autre, de tomber entre les mains de personnes malintentionnées. Et régulièrement, les parents se plaignent... dans le vide, puisque c’est pour leur bien.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source avec reportage vidéo et info complémentaire : http://www.lesmotsontunsens.com/fic...

Lire aussi : Un déboulonneur en procès pour refus d’ADN http://www.reporterre.net/spip.php?...

3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info
6 juillet 2019
Reporterre sur Radio Suisse : Amazon, ça suffit
Hors les murs
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info