Avec les indignés de la Bastille, dimanche 30 mai

Durée de lecture : 3 minutes

30 mai 2011 / Jean-Pierre Anselme


Ils sont plusieurs centaines (des jeunes majoritairement mais aussi d’autres citoyens de tous âges), ce dimanche 29 mai après midi, rassemblés sous un soleil brulant, devant l’opéra de la Bastille, pour proclamer leur soutien au mouvement social lancé par la jeunesse espagnole.

Revenant de Madrid, Céline explique au micro à une foule captivée que les Indignados madrilène n’ont pas l’intention de quitter la Puerta del Sol, occupée depuis le 15 mai. Elle affirme que le mouvement veut maintenant « irriguer » les quartiers de la ville, sous le mot d’ordre : « Toma los varrios ! » (Prend les quartiers !). « Des AG, qui rassemblent les jeunes mais aussi la population, se sont tenus dans plus de cent comités de quartier, chacun réunissait au moins mille personnes. »

Le rassemblement de ce dimanche, à Paris, a lieu à l’initiative du Collectif des Indignés. Tous les soirs, ils sont plusieurs centaines à se retrouver, devant l’opéra Bastille, pour informer de la situation espagnole dans l’espoir d’impulser un mouvement comparable dans la capitale. Il en de même dans près de trente villes de province.

Mardi 24 mai, plusieurs milliers de Grecs, dont énormément de jeunes, ont envahi la place Syntagma au centre d’Athènes, à l’appel du collectif les Indignés, qui proteste, sur le modèle espagnol, via les réseaux sociaux contre les mesures de guerre sociale du FMI et de l’UE. D’autres manifestations comparables ont eu lieu également dans d’autres villes grecques. « Voleurs ! », criaient les manifestants à l’adresse de l’oligarchie.

En France, le mouvement entamé peut-il s’étendre comme en Espagne ? « On nous dit que la situation ici n’est pas la même, la jeunesse serait moins mal, alors que la précarité nous frappe de plein fouet et que nous n’avons aucune perspective de vie », explique Solène, 27 ans. Arthur, 25 ans, va de petits boulots en petit boulot et n’a pas les moyens de se payer un logement, « Je vis encore chez mes parents, c’est pas vivable ! » Mélanie, 23 ans, qui « doit vivre avec bien moins que le RMI », estime qu’ici, comme partout en Europe, « aucun parti politique ne répond aux besoins des gens, UMP-FN et PS c’est le même tonneau ! Et je ne voterai pas à l’élection présidentielle, ce qu’il faut c’est revoir de fond en comble cette pseudo démocratie confisquée par quelques uns. »

Il est 16H, arrivent des cordons de gardes mobiles qui bloquent la foule pour l’empêcher d’envahir la place.

...........................................

À 21h30, les forces de police ont évacué la place de la Bastille en faisant usage des lacrymogènes. Selon un journaliste de l’AFP et le Parisien.fr, sous les huées des manifestants, elles ont démonté les tentes qui y avaient été installées. La police tentait également d’encercler les groupes de protestataires et de les évacuer de la place. Selon le blog de Monsieur Jo, quinze personnes auraient été arrêtées puis embarquées.

......................................

Le site de Démocracia Real Ya !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...

Complément d’info : La video de l’ambiance puis de l’intervention de la gendarmerie

Lire aussi : A Barcelone, les indignés réoccupent la place de Catalogne

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim




Du même auteur       Jean-Pierre Anselme