Back to the Trees, à Saint-Vit (Doubs)

Durée de lecture : 2 minutes


Le jeudi
21
juin


« Back to the Trees ! » (« Remontons dans les arbres ! ») : c’est par cette injonction humoristique mais radicale que, dans le roman de Roy Lewis ‘Pourquoi j’ai mangé mon père’, l’oncle Vania exhorte systématiquement sa famille préhistorique à revenir à leurs origines simiesques plutôt que de se risquer sur des voies conceptuelles et technologiques qu’il estime dangereuses.

C’est précisément cette question des origines de l’Homme – de sa « sauvagerie naturelle » – qui a motivé il y a quelques années la fondation de l’événement artistique Back to the Trees : y invitant le public à découvrir leurs œuvres en forêt, des artistes de tous horizons interrogent l’ancestrale relation entre l’Homme et la Nature.

Mais choisir la Forêt tout à la fois comme « thème » et comme « lieu » de création artistique n’est pas anodin : « berceau des origines », « poumon de la planète » et « paradis (menacé) de la biodiversité », la Forêt est aussi une marge récurrente de l’ordre social et, comme telle, matrice de nouvelles modalités de société. Comment ne pas penser à Robin des Bois, aux refuges des Marrons et aux maquis de la Résistance, ou encore aux rituels chamaniques des sorcières et de quelques avant-gardes artistiques ? Espace naturel à forte énergie poétique et politique, la Forêt devient alors une claie singulière où se conçoit et se pratique un art nécessairement « plus vrai » et sans mondanités, hors des sentiers (re)battus du marché de l’art et des white cubes institutionnels…

Après six éditions dans le Doubs, dans le Jura, en Gironde et dans le Canton de Vaud en Suisse, qui ont déjà présenté 150 œuvres d’artistes de 20 nationalités, l’événement Back to the Trees poursuit son développement quasi-végétal et multiplie les drageons, ces pousses issues des racines d’une plante qui deviennent de nouvelles plantes autonomes : il donne naissance en 2018 à huit événements « clones » qui se dérouleront cet été dans le Doubs, en Ardèche, en Gironde, en Loire-Atlantique, en Suisse, au Kosovo, au Québec et au Bangladesh. Une manière somme toute appropriée, pour un écosystème artistique de cette nature, de mêler la forme au fond...



Lire aussi : http://www.backtothetrees.net/fr/

Samedi 30 juin 2018 en continu de 18h à 01h
Forêt de Saint-Vit (25410) – Coordonnées GPS : 47.176083 : : 5.838595
Prix libre
Parking aménagé
Prévoir des chaussures adaptées à la marche en forêt, des vêtements chauds et une lampe de poche
Restauration sur place (paiement chèques et espèces)
Maintien de l’événement en cas d’intempéries



Documents disponibles

  Sans titre
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info