Barbecue, soit. Mais d’où vient le charbon de bois ?

Durée de lecture : 7 minutes

25 juillet 2015 / Marie Astier (Reporterre)

Mais d’où vient le charbon de bois des barbecues ? Voilà une question que l’estivant insouciant ne se pose certainement pas. Et pourtant, entre importations africaines, opacité législative, tricherie des grandes marques, la filière suscite de nombreuses questions. Enquête sur l’origine du mystérieux charbon de bois.


Bien installé dans votre chaise longue, vous sirotez un rosé au son des cigales et du grésillement des brochettes sur le barbecue… Votre regard divague et tombe sur le sac de charbon de bois. Vous êtes-vous déjà demandé d’où il vient ? Derrière les noirs cailloux, on ne pense pas souvent à imaginer la forêt.

On vous l’avoue, Reporterre non plus ne s’est pas spontanément posé la question. C’est TFT, The Forest Trust, une ONG créée au Royaume-Uni et récemment installée à Lille, qui a éveillé notre curiosité. « Les
Français consomment chaque année environ 130.000 tonnes de charbon de bois, mais 70 % viennent des importations »
, explique Pierre-Olivier Watrin, en charge du dossier chez TFT. L’organisation a recoupé les données des douanes françaises et des Nations Unies pour remonter la filière. Résultat : le Nigeria est le premier pays de provenance, à 22 %, suivi des Pays-Bas et de la Belgique.

Sauf que ces deux derniers pays n’ont quasiment pas de forêts. Erreur ? « Non, en fait ces pays importent du charbon par containeurs. Il est ensaché sur place, puis vendu en France », assure Pierre-Olivier Watrin. Il faut donc aller voir où la Belgique et les Pays-Bas se fournissent. « En recroisant les informations, nous sommes arrivés à estimer que 37 % du charbon consommé en France vient du Nigeria. C’est plus que la production française », poursuit le chargé de campagne. Du charbon utilisé très majoritairement pour les barbecues des particuliers.

Déforestation, pollution, mafia

Pour vérifier ces chiffres, l’organisation a testé au hasard des sacs de charbon de bois achetés dans différentes grandes surfaces françaises, en analysant les indications apportées sur le sac et son contenu. Du côté de l’origine, il y a ceux qui ne l’indiquent pas, ceux qui marquent Belgique, et les Français qui affichent fièrement leur drapeau bleu-blanc-rouge. Quand on ouvre les sacs, il est facile de repérer la provenance du charbon : le bois tropical est plus dense, plus lourd, donc souvent vendu au kilo plutôt qu’au litre. L’ONG a même trouvé certains tricheurs, qui indiquent une provenance européenne alors que le bois vient clairement des tropiques.

Pourquoi le Nigeria, et plus généralement les importations africaines, posent-t-elles problème ? D’abord, cela est dû à la façon de fabriquer le charbon en Afrique : le bois fait sa combustion dans des meules de terre (des tas de bois recouverts de terre), où l’air passe encore. Cela laisse échapper les gaz dans l’atmosphère. Alors qu’en Europe, les procédés industriels utilisent des déchets de scieries, carbonisés dans des fours qui permettent de récupérer et de réutiliser les gaz. Par ailleurs, pour la même quantité de bois, la première méthode permet d’obtenir environ deux fois moins de charbon que la seconde méthode.

Production traditionnelle de charbon de bois

Ensuite, « le problème est que le Nigeria est l’un des pays avec le plus fort taux de déforestation, dénonce Fabien Girard, directeur de TFT France. Là-bas, la façon dont les gens travaillent, c’est que chacun fait sa meule, la met sur le bord de la route, puis des camions les ramassent et les amènent au port. On n’a aucune traçabilité là-dessus : le bois a-t-il été prélevé dans des zones protégées ? des enfants y travaillent-ils ? l’argent sert-il à financer des mafias ? »

Une opacité que la législation européenne n’oblige pas à éclaircir. « En 2013, l’Union européenne a mis en place des règlements pour que la totalité des importations de bois en Europe soient légales, mais le charbon a été exclu, ou oublié », déplore le directeur.

Dénoncer les importations africaines, ou sauver la production française ?

Pour appuyer ses soupçons, TFT cite un rapport des Nations Unies (p.68 à 83) qui explique comment le commerce du charbon finance diverses milices en République démocratique du Congo ou les Shebabs, groupe islamiste installé en Somalie. « En Afrique de l’Est, Centrale et de l’Ouest, les profits liés au commerce illégal de charbon sont estimés entre 2,4 et 9 milliards de dollars », explique le document.

Autre rapport sur lequel s’appuie TFT, celui du ministère allemand de la coopération économique et du développement. « La production de charbon a été identifiée comme une cause majeure de la déforestation dans de nombreux pays africains, en particulier dans les zones péri-urbaines », affirme-t-il.

« Il faut responsabiliser le marché », en conclut Fabien Girard. Mais aucun des deux rapports ne cite ni le Nigeria, ni les exportations vers les pays européens. TFT refuse par ailleurs de nous donner le détail de son étude et de son analyse des sacs de charbon de bois. On ne va pas froisser la grande distribution, tout de même…

Comment vérifier les dires de TFT ? A Reporterre, on doute, car l’ONG travaille avec les producteurs de charbon de bois français, menacés, notamment, par la concurrence des importations africaines à bas coût. Nadège Simon, présidente du Syndicat national du charbon de bois, le reconnaît ouvertement : « On a besoin que la presse en parle, c’est le seul moyen de faire pression sur la grande distribution qui est toujours tentée d’aller vers les prix les plus bas ».

Reporterre interroge les ONG travaillant sur la déforestation : Greenpeace, Amis de la Terre, WWF. A chaque fois, c’est la même réponse. Non, la filière charbon, on ne connaît pas… Du côté des chercheurs, pareil, impossible de trouver un expert de la filière charbon en Afrique de l’Ouest.

On contacte les producteurs de charbon français, qui auront peut-être plus d’informations ? Choux blanc, tous nous citent les chiffres de TFT, puis affirment ne pas connaître la filière africaine puisqu’ils ne travaillent pas avec.

Le client fait la loi

Finalement, la réponse nous vient d’un importateur belge, Giovanni Afflisio, fondateur de Solcarbon. 80 % de ses importations viennent d’Afrique, dont 70 % du Nigeria, car Solcarbon a un actionnaire implanté là-bas. « Il s’occupe de la fabrication dans des villages dédiés à la carbonisation et de la récolte du charbon », détaille-t-il. Mais il nie l’impact sur la déforestation. « Je peux vous assurer que personne au monde ne couperait un arbre pour en faire du charbon de bois alors qu’il peut le valoriser en bois d’œuvre », assure-t-il. Autrement dit, si des zones protégées sont rasées, c’est à cause des importations de bois de qualité, pas du charbon.

Bûcheronnage en Guyane

« Les exportations représentent une goutte d’eau dans la production de charbon de bois en Afrique, ils ne sont pas prêts à investir. Alors nous travaillons sur le terrain, nous faisons nous-même les investissements pour contrôler l’approvisionnement en charbon de bois vers l’Europe depuis plusieurs années », poursuit-il. Au Nigeria, il raconte avoir créé des exploitations forestières : « Pour chaque arbre coupé, nous en replantons trois. »

En revanche, il l’avoue, en dehors du Nigeria où travaille son actionnaire, « c’est très compliqué de contrôler ce qui se passe au-delà de l’intermédiaire ». Il se fournit aussi au Bénin et en Côte d’Ivoire.

« C’est le prix que veut bien payer le client qui détermine nos approvisionnements, répète-t-il. Nous sommes en mesure de répondre à tous types de demandes. » S’il tente de tracer l’origine de son charbon, c’est notamment suite à une requête de l’un de ses gros clients. « Mais pour ceux qui veulent du produit à bas coût, nous ne pouvons pas assurer la traçabilité des sources. » Et il avertit : « Réglementer la filière du charbon de bois, cela veut dire être prêt à le payer 30 à 40 % plus cher... »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le granulé de bois utilisé en Europe détruit les forêts des Etats-Unis

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photos :
. Chapo : Pixabay (timbo/CC)
. Production charbon : Flickr (Sarahemcc/CC)
. Bûcheronnage : Wikipedia (Jesseknight/CC)

DOSSIER    Forêts tropicales

20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains
21 novembre 2019
Nous avons visité Milipol, le salon de la répression
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)