Bayer veut commercialiser le riz transgénique

Durée de lecture : 2 minutes

23 septembre 2009 / Greenpeace

La firme agrochimique Bayer demande l’autorisation en Europe du riz transgénique LL 62.


Après le coton, le maïs, le soja ou encore le colza génétiquement modifiés (GM), Bayer s’attaque au riz, l’aliment de base le plus important au monde. Ce riz GM est pour l’instant seulement cultivé sur certaines parcelles expérimentales en plein champ, en Chine notamment, mais tout pourrait changer dans les mois à venir... Bayer a en effet déposé des demandes d’autorisation de culture commerciale dans plusieurs pays et l’Union européenne va prochainement devoir statuer sur son autorisation à l’importation.

Le riz LL62 de Bayer a été modifié afin de résister à un herbicide toxique, le glufosinate. Il a été évalué par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) qui a soulevé, sans y répondre, un certain nombre de questions concernant notamment des irrégularités au niveau moléculaire, les effets des résidus de glufosinate, ainsi que des différences de composition entre le riz LL62 et le riz conventionnel. Le risque sanitaire potentiel du LL62 n’est donc pas correctement évalué.

« Le gluphosinate est l’un des pesticides considérés comme nocifs pour la santé par le nouveau Règlement européen sur les pesticides et il sera prochainement interdit dans l’Union, explique Rachel Dujardin, chargée de campagne OGM pour Greenpeace France. Interdire un pesticide en Europe à cause de sa toxicité et en encourager son utilisation ailleurs dans le monde par le biais de ce le riz LL62 est incohérent et immoral ! »

La Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) se sont récemment accordées à dire que les OGM ne sont pas la solution contre la faim et la pauvreté. Permettre la modification génétique d’aliments de base, et confier ainsi le contrôle de l’alimentation à une poignée de multinationales, fait en revanche peser un risque grave sur la sécurité alimentaire mondiale.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://public.adequatesystems.com/p...

Ecouter aussi : Quel est le vrai problème posé par les OGM ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question
17 juillet 2019
Trois raisons de refuser le Ceta
Tribune
17 juillet 2019
La ratification du Ceta divise les députés, même dans la majorité
Info




Du même auteur       Greenpeace