Bayer veut commercialiser le riz transgénique

Durée de lecture : 2 minutes

23 septembre 2009 / Greenpeace

La firme agrochimique Bayer demande l’autorisation en Europe du riz transgénique LL 62.


Après le coton, le maïs, le soja ou encore le colza génétiquement modifiés (GM), Bayer s’attaque au riz, l’aliment de base le plus important au monde. Ce riz GM est pour l’instant seulement cultivé sur certaines parcelles expérimentales en plein champ, en Chine notamment, mais tout pourrait changer dans les mois à venir... Bayer a en effet déposé des demandes d’autorisation de culture commerciale dans plusieurs pays et l’Union européenne va prochainement devoir statuer sur son autorisation à l’importation.

Le riz LL62 de Bayer a été modifié afin de résister à un herbicide toxique, le glufosinate. Il a été évalué par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) qui a soulevé, sans y répondre, un certain nombre de questions concernant notamment des irrégularités au niveau moléculaire, les effets des résidus de glufosinate, ainsi que des différences de composition entre le riz LL62 et le riz conventionnel. Le risque sanitaire potentiel du LL62 n’est donc pas correctement évalué.

« Le gluphosinate est l’un des pesticides considérés comme nocifs pour la santé par le nouveau Règlement européen sur les pesticides et il sera prochainement interdit dans l’Union, explique Rachel Dujardin, chargée de campagne OGM pour Greenpeace France. Interdire un pesticide en Europe à cause de sa toxicité et en encourager son utilisation ailleurs dans le monde par le biais de ce le riz LL62 est incohérent et immoral ! »

La Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) se sont récemment accordées à dire que les OGM ne sont pas la solution contre la faim et la pauvreté. Permettre la modification génétique d’aliments de base, et confier ainsi le contrôle de l’alimentation à une poignée de multinationales, fait en revanche peser un risque grave sur la sécurité alimentaire mondiale.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://public.adequatesystems.com/p...

Ecouter aussi : Quel est le vrai problème posé par les OGM ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
12 octobre 2019
Appel à une rébellion internationale pour le Rojava
Tribune
12 octobre 2019
Repas végétariens à l’école : les mères des quartiers populaires mènent la bataille
Reportage




Du même auteur       Greenpeace