« Bottled life » : un film démonte les agissements du groupe Nestlé

Durée de lecture : 10 minutes

5 novembre 2012 / René Hamm


S’il vous arrive d’effectuer vos emplettes dans un supermarché, difficile d’échapper à Nestlé. Que vous achetiez des soupes, des condiments, de la charcuterie sous vide, des friandises, du chocolat (en tablette ou barre), des yaourts, du café soluble, des cosmétiques, de l’eau (1)…, vous contribuez très souvent aux profits du numéro un de l’agroalimentaire.

Bottled life, l’excellent documentaire du réalisateur bernois Urs Schnell et du journaliste zurichois Res Gehriger fournit un éclairage particulièrement édifiant sur la stratégie et les pratiques, pour le moins sujettes à caution, de la firme concernant le liquide incolore, qui représente 10% de son chiffre d’affaires global.

Le 11 octobre 2007, le trust a mis en ligne sur son site web le clip de propagande « Saving lives through clean water » en vantant son engagement au sein du camp de Kebribeyah (est de l’Éthiopie), dans lequel s’agglutinent quelque vingt-cinq mille Somalien(-ne)s ayant fui leur pays. L’eau, très ferrugineuse, provient d’une station de pompage de la vallée, située à vingt kilomètres. La corrosion ronge dangereusement les conduites. Selon Bekele Negash, du Haut-Commissariat aux réfugiés, la firme a abandonné le projet en 2004. Aussi réclame-t-il des dons, car l’implication de l’Ordre de Saint-Lazare ne suffit pas à subvenir aux besoins élémentaires des trente-cinq mille personnes, y compris celles regroupées à Aw Bare et Sheder, dépendantes de l’aide prodiguée par l’instance onusienne.

« Vague à l’âme »…

L’Autrichien Peter Brabeck-Letmathe, qui cornaque toujours le Conseil d’administration de Nestlé après avoir été le PDG, du 5 juin 1997 au 1er avril 2008, aime insister sur le concept de « valeur partagée », sur la « durabilité écologique », « l’équité sociale ». Greenwashing et mensonges éhontés ! Lorsque celui qui avait débuté comme vendeur de glaces itinérant affirme que sa responsabilité première de patron consiste à « assurer et préserver un avenir florissant à l’entreprise », qu’il vitupère contre le partage du travail (2), je lui concède davantage de sincérité quant à la philosophie animant son « assez gros navire », qui emploie environ deux cent soixante-quinze mille collaborateur(-e)s à travers le monde (quatre cent quatre-vingt-une usines dans quatre-vingt-sept pays).

Le sexagénaire au teint hâlé ose même cette saillie : « nous n’avons jamais mieux vécu, nous n’avons jamais disposé d’autant d’argent, nous n’avons jamais été en meilleure santé, ni joui d’une telle longévité… Et pourtant, le vague à l’âme nous étreint… ». Le 19 avril 2007, lors de l’Assemblée générale à Lausanne, il avait déclaré n’avoir nullement honte de sa rémunération : 17,4 millions de FS (14,44 millions d’euros), soit trois cent quatre-vingt-quatre fois la paie du salarié le moins bien loti.
L’an passé, il a dû se contenter de 6,973 millions de FS (5,79 millions d’euros), une baisse de 16,3% par rapport à l’exercice précédent.

S’interrogeant sur la manière d’asseoir la pérennité de sa société pour cent quarante années supplémentaires, il tilta sur l’eau, « une denrée ayant un coût » (3). En avril 2002, après l’absorption de Perrier-Vittel, il fonda Nestlé Waters (4), qui a rapporté en 2010 neuf milliards quatre-vingt quinze millions de francs suisses (7,55 milliards d’euros). Avec son ticket d’entrée dans la Formule un, il engrangerait quelque cinquante millions de dollars (38,3 millions d’euros)… Dans les paddocks, on murmure que le vice-président du C.A. de l’Oréal tiendrait la pole position pour remplacer à la tête du barnum motorisé le Britannique Bernie Ecclestone, qui loua, en juillet 2009, « l’efficacité » (sic) d’Adolf Hitler.

Les deux concepteurs du long-métrage de quatre-vingt-dix minutes et neuf secondes n’ont pas bénéficié de conditions de tournage idéales, tant à Vevey (canton de Vaud, au bord du lac Léman), au siège, que dans les pays visités. François-Xavier Perroud, alors chargé de la communication du géant au si charmant logo (5), estima lors d’un déjeuner avec eux au restaurant du « Schweizerhof » à Berne que ce serait le « mauvais film au moment inopportun », prévenant ses interlocuteurs qu’ils trouveraient porte close partout.

Il les invita à se pencher plutôt, aux frais de Nestlé, sur les gaspillages inhérents à l’agriculture… L’opiniâtre duo n’en démordit pas. Optant pour une tonalité moins rentre-dedans que Michael Moore, il a habilement placé en perspective les artifices de marketing et la réalité, infiniment moins rose, sur le terrain, tout en évitant de s’exposer à d’éventuelles poursuites en diffamation.

Au Pakistan, la multinationale domine le marché qu’elle a elle-même établi. Ce pays de cent quatre-vingt millions d’âmes, servit de tremplin à Pure Life, « le joyau de notre portefeuille » (John J. Harris, le boss de Nestlé Waters), lancé en 1997, composé d’eau souterraine filtrée, enrichie de sels minéraux. Ce breuvage, produit dans vingt-sept pays, possède un goût identique partout. La fabrique de Sheikhupura assèche la nappe phréatique près du hameau de Bhatti Dilwan. Deux cents villageois déposèrent en vain une pétition réclamant que ses dirigeants installent un puits ou un tuyau.

À Lahore, ville de dix millions d’habitants, les classes aisées ont les moyens de se procurer de l’eau potable et de se prémunir contre les risques de maladies graves, qui frappent l’immense majorité des femmes, hommes et enfants. Les jeunes de la jet-set se baladent dans les rues, une bouteille de Pure Life à la main. Signe extérieur de richesse ! Ahmad Rafay Alam, avocat à la Haute Cour, se souvient de l’époque, pas si lointaine, où il pouvait obtenir gratuitement un verre d’eau. « Maintenant, avant que tu ne réalises, tu débourses quinze roupies ».

Douze mille fois la culbute !

À Lagos (Nigéria), la plus grande métropole africaine, l’eau la plus prisée est celle, de qualité très douteuse, contenue dans des poches de plastique (cinq nairas l’unité, deux centimes). Un flacon (60 cl) de Pure Life, arrivée ici il y a sept ans, coûte cent nairas, 55 % de plus qu’un litre de pétrole. Il existe une enseigne locale, Élan, ainsi qu’Akuro de la fabrique artisanale Golden Dip de Kelvin Olagemju Kayode.

Dans le bidonville sur pilotis de Makoko, les gens végètent au milieu des immondices. Sur un budget quotidien de mille nairas (4,82 euros), la moitié est dépensée pour une eau guère salubre. Là aussi, la caste au pouvoir, vérolée par la corruption, refuse d’investir dans les infrastructures publiques.

Outre-Atlantique, Nestlé mène une politique tout aussi pernicieuse. Pour trente mille litres de Poland Spring, elle paie dix dollars à un propriétaire complaisant qui laisse les techniciens capter l’eau coulant à foison sous ses terres. Conditionnée dans des bouteilles en PET de 50 cl, la marque est vendue jusqu’à deux dollars l’unité. Douze mille fois la culbute !...

Dans l’État verdoyant du Maine, la révolte gronda. À Fryeburg, le retraité Howard K. Dearborn enjoignit même ses concitoyens à rejeter le contenu des flacons dans le lac d’où elle provient. Avec un clin d’œil, il pointe l’étendue du scandale : « C’est la même eau que celle utilisée en face pour se laver les mains ou nettoyer la cuvette des WC ! ». Les gros camions-citernes effectuent vingt-cinq mille trajets par an vers l’usine d’embouteillage.

Deux cents kilomètres au sud de Kingfield, où l’usine produit 750 millions de litres en douze mois, au cœur d’une splendide réserve naturelle, des femmes ont organisé la résistance pour empêcher Nestlé de s’emparer des nappes aquifères. Sans solliciter l’avis des autochtones, les géologues-maison ont creusé dix-huit puits pour effectuer des tests de forage. Denise L. Carpenter, infirmière et fermière, est également remontée contre les politicards du cru : « Le gouvernement doit servir la population et non l’inverse ». Au final, elle, Shelly Gobeille, Eileen Hennessy, Ann Winn-Wentworth et leurs amies imposèrent un vote à l’assemblée municipale.

À Shapleigh, 114 personnes votèrent contre les visées nestléennes. Résultat peu ou prou similaire à Newfield. Belle leçon de démocratie à la base ! Gloria Gerry avait déniché un paragraphe de la Constitution américaine, octroyant aux communes la latitude d’édicter leurs propres règlements administratifs. Alors qu’à Fryeburg les associations, s’appuyant sur la loi commune, ont perdu et que leur adversaire y pompera six cents millions de litres par an, dans ce paradis naturel, les intrépides défenseuses de l’environnement ont abattu Goliath.

Pourtant, la firme continuera de récupérer à un tarif des plus dérisoires près de quatre milliards de litres par an rien que dans l’État sur la côte est des States jouxtant le Québec. Au marathon de New-York, Poland Spring hydrate les concurrents. Durant la course, deux cent trente mille bouteilles sont offertes aux spectateur(-trice)s, qui, par réflexe pavlovien, l’achèteront en magasin ou se la feront livrer à domicile. Or, soutient la Canadienne Maude Barlow, lauréate en 2005 du Prix Nobel alternatif, des robinets de « Big Apple » coule « l’eau la plus propre au monde, provenant des montagnes de Catskill. Les jeunes se laissent berner par le message fallacieux les incitant à boire huit verres d’eau par jour ».

La militante altermondialiste rappelle que davantage d’enfants décèdent pour avoir avalé une eau contaminée que du SIDA, des accidents de la circulation, des guerres, de la malaria réunis… 1,9 milliard d’êtres humains n’ont pas accès à une eau potable. Mais Peter Brabeck-Letmathe espère contribuer à la prospérité de notre civilisation afin que celle-ci perdure au minimum encore… quatre mille cinq cents années…

Alors, comment répondons-nous à la question lancinante, formulée sur fond d’images majestueuses de montagnes helvétiques tournées par Samuel Gyger depuis l’hélicoptère : « À qui appartient l’eau sur notre planète ? ».

Le film, co-produit par DokLab (Berne) et Eikon Südwest (Stuttgart), avait déclenché un tonnerre d’applaudissements lors de sa première, le 22 janvier dernier, dans le cadre des 47es Journées cinématographiques de Soleure. À l’affiche, le surlendemain, dans une salle plus petite que le Landhaus de la belle cité baroque, il suscita un tel engouement que les organisateurs ajoutèrent une troisième séance. Le 15 mars dernier, il figura au programme du Forum alternatif mondial de l’eau à Marseille. Arte l’a diffusé le mardi 11 septembre à 20 heures 50 ainsi que le jeudi 20 à 15 heures.

.............................

Notes

(1) Soixante-six marques dont treize commercialisées dans l’Hexagone : Acqua Panna, Carola, Contrex, Hépar, Nestlé Pure Life, Quézac, Perrier, Plancoët, Saint Lambert, Sainte Alix, San Pellegrino, Valvert, Vittel. Pourtant, pour la plupart d’entre elles, seule l’appellation d’origine apparaît sur l’emballage.

(2) Le natif de Villach en Carinthie fut un des quarante-quatre membres de la Commission pour la libération de la croissance française, présidée par Jacques Attali. Le 23 janvier 2008, celui-ci avait remis à Nicolas Sarkozy les 316 propositions ultra-libérales, comme l’instauration de fonds de pension, la réduction du taux, déjà ridiculement bas, de la fiscalité dans le secteur de la finance et la suppression du principe de précaution, que même le chef de l’État réfuta…

(3) Vers la fin de « We feed the world », le saisissant documentaire de l’Autrichien Erwin Wagenhofer. Sorti en France le 25 avril 2007, il y attira 187 998 aficionados dans les salles obscures.

(4) Entité installée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

(5) Deux oisillons dans un nid recevant la becquée de leur maman !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Lire aussi : Nestlé à Vittel : l’oligarchie à l’oeuvre

17 juillet 2019
De Rugy : dix mois ministre, dix mois d’inaction
Info
17 juillet 2019
François de Rugy démissionne après six jours de tempête
Info
17 juillet 2019
Trois raisons de refuser le Ceta
Tribune




Du même auteur       René Hamm