C’est une première mondiale : en Espagne, l’éolien est la source d’électricité la plus importante

Durée de lecture : 3 minutes

19 février 2014 / Bulletins électroniques

En 2013, le vent a fourni en Espagne plus d’électricité que toute autre source.


Selon les chiffres provisoires communiqués par Red Electrica de Espana (REE), l’entreprise gestionnaire du réseau électrique espagnol, la technologie éolienne est devenue la première source d’électricité en Espagne sur l’ensemble de l’année 2013. C’est la première fois que l’éolien devient sur la durée d’une année entière la première source de couverture de la demande d’électricité, en Espagne mais aussi dans le monde.

Dans un contexte de recul de la demande électrique, qui baisse pour la troisième année consécutive, de 2,3 % par rapport à 2012, la puissance installée en Espagne s’est légèrement accrue de 556 MW en 2013, soit 0,5 %. Cette hausse provient surtout de l’énergie solaire, thermoélectrique (+ 300 MW soit 15 %) et photovoltaïque (+140 MW, soit 3,3 %).

La répartition de production par sources fait apparaître une forte croissance de l’hydraulique par rapport à 2012 en raison d’une pluviosité supérieure en 2013, une augmentation de 14,2 % de la production issue de sources renouvelables, et à l’inverse une forte baisse de la production par cycle combiné (-27,3 %), ou issue du charbon.

Le nucléaire dépassé par l’éolien

La baisse de 8,3 % de la production d’électricité d’origine nucléaire s’explique notamment par l’arrêt de la centrale de Garona, suite à la décision de son exploitant de ne pas solliciter une prolongation de sa durée de vie comme l’y incitait pourtant le gouvernement.

L’éolien est ainsi devenue la première source d’électricité en termes de couverture de la demande, avec 21,1 % contre 18,1 % en 2012, dépassant pour la première fois sur l’ensemble d’une année le nucléaire, qui recule de 22,1 % à 21,0 % en 2013 On compte huit réacteurs nucléaires en Espagne. Le total d’énergie produite par le nucléaire reste légèrement supérieur à celui de l’éolien, mais la consommation électrique des centrales nucléaires elles-mêmes étant supérieure, la couverture de la demande électrique est moindre que celle de l’éolien. REE souligne par ailleurs que les énergies renouvelables ont couvert en 2013 42,4 % de l’ensemble de la demande électrique en Espagne, soit 10,5 % de plus qu’en 2012, ce qui a permis une réduction des émissions de CO2 de 61,4 millions de tonnes, 23,1 % de moins qu’en 2012.

Cette montée en puissance des énergies renouvelables dans le mix espagnol ne suscite pourtant aucun triomphalisme au moment où le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour lutter contre le « déficit tarifaire » de près de 30 milliards d’euros accumulés depuis une dizaine d’années, en raison du différentiel existant entre le prix payé par le consommateur et les coûts de production et de distribution d’électricité.

Cinquante milliards de subventions aux énergies renouvelables

Les primes à la production versées aux énergies renouvelables, d’un montant total estimé de 50 milliards d’euros entre 1998 et 2013, sont notamment en cause et après avoir suspendu, au début de l’année 2012, les primes pour l’installation de nouvelles capacités, le gouvernement annonce qu’il va désormais s’attaquer aux primes versées aux capacités renouvelables déjà existantes. Il s’agit de plafonner à 7,39 % de l’investissement le niveau des primes. Les installations les plus anciennes, antérieures à 2005, ne toucheraient plus aucune prime à la production, ce qui affectera notamment le secteur éolien, puisque 37 % de la capacité installée dans ce domaine est potentiellement concernée par cette mesure.


Sources des informations :
- The Spanish Electricity System 2013 - Preliminary Report - Red Eléctrica de Espana
- Espana es el primer pais del mundo en el que la eolica se situa como la primera fuente de electricidad en un ano completo - Asociacion Eolica Espanola - 15/01/2014
- Industria fija una rentabilidad del 7,39% para las renovables conforme a mas de 1.400 estandares - Europa Press - 3/02/2014


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Bulletins électroniques

Photo : Ferme d’éoliennes à Guerinda (Espagne) (Energies renouvelables).

Consulter le Dossier : L’éolien est-il écologique ?

20 juillet 2019
Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant
Enquête
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info




Du même auteur       Bulletins électroniques