49 %
Objectif 30 000 €

Campagne de dons de Reporterre : les secrets d’une vidéo

21 juin 2016 / Marc Sautelet (Reporterre)



Notre campagne de dons repose notamment sur une vidéo dessinée. Sa réalisation a mobilisé une bonne partie de l’équipe. En voici les coulisses.

Telle la boîte noire d’un avion qui dévoile ses secrets, nous partageons avec vous les dessous du making of de notre vidéo de campagne. Elle est au cœur du message que nous voulons faire passer.

En effet, comment faire comprendre avec humour et pédagogie que, même si nous allons bien financièrement, nous continuons à avoir besoin des dons de nos lecteurs ? Comment parler au mieux de ce qui fait Reporterre ? Après une séance de remue-méninges avec l’équipe éditoriale, on s’est dit que, parfois, un dessin vaut mieux qu’un long discours. Cela tombe bien : des dessinateurs prêtent régulièrement leur crayon pour nos pages web.

Alors, tant qu’à faire, autant donner vie à ces dessins en les voyant se réaliser en direct sous nos yeux ébahis. Mise en vidéo, cette technique s’appelle le draw my life dessine ma vie », en français), un outil de com’ inventé par des jeunes youtubeurs qui racontent leur vie en l’agrémentant de dessins qui suivent leur récit.

L’idée est donc de dessiner Reporterre, et plus globalement ce qui fait sa spécificité : un média libre et indépendant qui ne parle que d’écologie. Mais, à la rédaction, nous sommes plus habitués à faire parler nos articles qu’à nous mettre en scène. Alors, c’est le moment de faire appel à l’une des forces de Reporterre, son réseau de collaborateurs et de sympathisants.

La voix dicte le rythme 

L’homme de la situation, c’est Sylvain Lapoix, journaliste indépendant qui travaille notamment à l’écriture de la très populaire série Data Gueule - et à Reporterre quand son agenda surchargé lui en laisse le temps. Son expérience des nouvelles écritures va nous guider dans la coordination de cette vidéo : scénario, enregistrement, montage… Il met en place le tout dans un timing serré : nous sommes en mai et la campagne démarre le 8 juin ! Pas de temps à perdre.

JPEG - 48.6 ko
Sylvain Lapoix, le coordinateur de la vidéo, ne saurait pas rester déconnecté plus de quelques minutes

Une fois le message déterminé et le texte écrit, il faut une voix pour l’incarner. Très vite, le nom de Denis Cheissoux a fait tanguer quelques têtes de la rédaction : l’emblématique animateur de l’émission CO2 mon amour, sur France Inter, est populaire chez Reporterre. Et par amitié, il se prête de bon coeur à l’exercice et pose le rythme inimitable de sa voix sur le scénario pondu par Sylvain.

JPEG - 57.1 ko
Denis Cheissoux, en plein enregistrement au micro de Lorène Lavocat : « Haaa ! qu’elle est loin la COP21 »

La particularité des vidéos du type draw my life, c’est que la voix est enregistrée avant l’image et que, par conséquent, c’est elle qui dicte le rythme de la vidéo. Il n’y a donc pas de retour en arrière possible et c’est au dessinateur (et au monteur) de s’adapter. Nous avons fait appel à Patrick Redon, dit Red !, dont les dessins pimentent souvent la Une de Reporterre, pour mettre en image les mots dits par Denis Cheissoux.

JPEG - 47.8 ko
Discussion autour des différents tableaux de la vidéo.

Après quelques essais à domicile de Red ! pour faire chauffer les feutres, l’ensemble de « l’équipe vidéo » se retrouve au Jardin d’Alice, à Montreuil, lieu de la récente rencontre de Reporterre, pour le tournage. Lucas Mascarello, journaliste et vidéaste - il avait notamment réalisé notre vidéo de la campagne 2015, prépare la scène du crime avec caméra embarquée. Nous arrivons avec l’angoisse et l’excitation du débutant. Chaque dessin étant réalisé en direct, la prise vidéo se fait également en une fois, ce qui laisse peu de marge d’erreur. Ambiance studieuse donc, mais créative et productive ! Des nouvelles idées naissent, tantôt pour ajouter un peu d’humour, tantôt pour faciliter les transitions entre les tableaux au montage.

JPEG - 1.1 Mo
Patrick Redon écoute attentivemenet les explications de Lucas Mascarello

Quelques heures plus tard, les dés sont jetés, et les images dans la boîte. Place au montage désormais, dernière étape de cette aventure, et pas la moindre. Il faut en effet synchroniser parfaitement le son et l’image pour que tout semble fluide et que chaque dessin apparaisse au moment où il est évoqué dans le texte : le journaliste qui interviewe la vache, les lecteurs qui font exploser le compteur de Reporterre

C’est Lucas qui finalise ce travail essentiel. Quelques allers-retours plus tard, des ajouts de sons et de transitions, et voici la vidéo prête pour le lancement de notre campagne, le 8 juin 2016. Avec, au bout, un message tout simple : un média durable, ça s’arrose… régulièrement !




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Soutenir

Source : Marc Sautelet pour Reporterre

Photos : © Hervé Kempf/Reporterre

9 décembre 2016
Les faucheurs de chaises repartent à l’action contre l’évasion fiscale
Info
9 décembre 2016
Pollution de l’air : Rennes distribue des capteurs aux citoyens
Info
9 décembre 2016
L’écologie, l’indépendance : ce qui nous guide
Edito


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Marc Sautelet (Reporterre)