Ce qu’il en coûtera de faire pousser des tomates

Durée de lecture : 1 minute

27 mars 2018 / Régis Penet et Anne-Laure Reboul

« La Tomate », de Régis Penet et Anne-Laure Reboul, est une bande dessinée d’anticipation qui questionne les dérives de notre société moderne et l’appropriation du vivant par des sociétés privées.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Dans le futur, faire pousser une simple tomate est devenu un crime

Dans un futur aseptisé et indéterminé, la société est hiérarchisée en trois classes sociales distinctes. L’alimentation est devenue entièrement réglementée par des multinationales. Ce sont elles qui produisent et fournissent tout ce dont se nourrissent les citoyens, si bien qu’il est devenu strictement interdit de cultiver ses propres semences. Aujourd’hui, pour avoir découvert des graines de tomate et avoir osé les faire pousser chez elle, une jeune femme est emmenée devant les tribunaux. Ceci est l’histoire de son procès.

Dans la lignée des grandes œuvres d’anticipation telles que SOS Bonheur ou 1984, ce nouvel album de Régis Penet questionne les dérives de notre société moderne et l’appropriation du vivant par des sociétés privées. Un récit qui part de rien (une simple tomate)
et nous raconte la fin du monde… dans un futur qui ne nous semble pas si éloigné que ça.


  • La Tomate, de Anne-Laure Reboul et Régis Penet, éditions Glénat, janvier 2018, 96 p., 19,5 €.


Lire aussi : BD - Les nanoparticules ont envahi notre quotidien
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir