Cent films pour sauver la planète

3 février 2014 / Pascale Solana (Reporterre)

C’est le plus grand rendez-vous français du documentaire de l’environnement. Le Festival international du film d’environnement se déroule à partir du 4 février en Ile-de-France. Histoire et programme.


Le 31e Festival international du film d’environnement, (FIFE), organisé par la région Île-de-France, se déroulera du 4 au 11 février. L’événement rassemble plus de cent films, vingt-deux web documentaires, des rencontres, des débats accessibles dans une dizaine de cinémas et salles de projections de Paris et d’Ile de France (liste complète).

Ce festival a été crée en 1982 à Royan « par une bande de copains » se souvient l’avocate et professeur en développement durable à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Bettina Laville. Son engagement dans l’environnement vient de l’image, précise celle qui a occupé divers postes de responsabilités sur le développement durable : directrice de cabinet du ministre de l’environnement Brice Lalonde en 1991 et conseillère pour l’environnement au cabinet du premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2001.

« Ce fut un choc de voir avant tout le monde le début de la détérioration de l’environnement. Il y a trente ans, le discours était inaudible, mais les images parlaient déjà » observe-t-elle. Comme celles ramenées de Tchernobyl, tournant incontestable dans la prise de conscience. « Là où politiquement, de l’Europe aux conférences climatiques mondiales il faut encore ‘ramer’, l’univers culturel a toujours une petite avance ». Cette année, elle anime deux débats du FIFE sur le thème « les jardins et la biodiversité » et « les actions solidaires » les 7 et 10 février.

La terre détermine l’homme

Trente plus tard, la sélection des films du FIFE confirme une vision du documentaire environnemental qui nous raconte à quel point le lieu et la terre déterminent l’homme : son identité, ses ressources, ses (agri)cultures (Aatsinki : The Story of Arctic Cowboys), ses habitats (Home), ses paysages (tels ceux, dévastés, de Black Land en compétition officielle), ses traditions, ses ennemis historiques, ses hors champs interdits (la frontière coréenne de Dream House by the Border) ou fantasmés (The Station en séance de minuit, Midnight Greenness).

Poursuivant son tour de la Méditerranée, le FIFE propose un regard sur les créations documentaires de l’Egypte, la Tunisie, l’Espagne, trois pays en plein bouleversement, où les prises de consciences et les initiatives écologiques sont bien réelles.

En ouverture, mardi 4 février, la projection de Tante Hilda !, un film réalisé par Jacques-Rémy Girerd et Benoît Chieux, avec les voix de Sabine Azéma et Josiane Balasko, fable poétique autour des OGM

Des programmations et débats thématiques se dérouleront autour des sujets suivants : le cinéma animalier, les ressources du sol et du sous-sol (le documentaire de Denis Delestrac Le Sable), l’eau et la biodiversité, la santé et l’environnement, les enjeux sociaux du développement durable, les actions solidaires, l’habitat.

Compétition

Jusqu’au 10 février, les internautes sont invités à selectionner leur webdocumentaire préféré parmi les onze en compétition. Le vainqueur sera récompensé le 11 février et gagnera la somme de mille euros.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Pascale Solana pour Reporterre

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

22 septembre 2018
« La politique agricole commune doit être profondément réformée  »
Entretien
22 septembre 2018
Comment sensibiliser les médias et le public à la faune sauvage ?
Une minute - Une question
24 septembre 2018
Mobilisation dans la Loire contre une autoroute destructrice, l’A45
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)