Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Center Parcs, de plus en plus mal, veut bétonner le Poitou


Note de Reporterre : cet article date de juin dernier. Il reste très intéressant, parce qu’il montre comment un nouveau projet inutile est mis en oeuvre alors que le principal intéressé, la société Pierre et Vacances, voit sa situation financière se dégrader et son cours de bourse plonger. Celui-ci vaut 15 € le 26 septembre.

Reporterre a été alerté sur ce sujet par Pour les Chambaran sans Center Parcs

...........................................

Réunis le 1 juin en session, les élus du Département ont adopté à l’unanimité les statuts constitutifs de la nouvelle société d’économie mixte locale (SEML), porteuse du futur Center Parcs du Nord-Vienne. Le premier tour de table a permis de rassembler 135M€, mais le cours de bourse de Pierre&Vacances et la conjoncture financière suscitent l’inquiétude.

Le nom de la SEML sonne comme un poème : « Le Bois de la Mothe Chandenier ». Ce matin 1 juin, seuls les élus du canton concerné étaient capables de situer la zone exacte sur laquelle seront construits l’espace de bien-être et ses huit cents cottages. Les services n’ont pas encore obtenu l’autorisation nécessaire pour utiliser la marque « Center Parcs ». Preuve que le projet s’élabore pierre après pierre.

Le pacte d’actionnaires

Une autre étape essentielle a été franchie en ce 1er juin : l’adoption du premier pacte d’actionnaires. Il réunit, d’un côté, les collectivités à hauteur de 23,9M€ : le Département (19M€), la Région (3M€), la Communauté de communes du Pays loudunais (1M€), la communauté de communes du Mirebalais (0,6M€), la commune des Trois-Moutiers (0,3M€). De l’autre, les partenaires privés à hauteur de 12,7M€ : la Caisse des dépôts et consignations (10,25M€), Dalkia (1M€), Sorégies (0,6M€), le Crédit agricole (0,5M€), la Mutuelle de Poitiers (0,35M€). Au titre des comptes courants associés, le Département apportera 15M€, Dalkia, 1M€, Sorégies, 0,4M€ et la Mutuelle de Poitiers, 0,15M€. Les subventions publiques proviendront de l’Etat (15M€), de la Région (2M€) et du Département (1M€). Enfin, les premières simulations de crédits établissent une capacité de mobilisation des banques à hauteur de 64M€.

Où est Pierre&Vacances ?

D’autres financeurs publics et privés devraient se prononcer prochainement. Reste « un grand absent dans ce tour de table, Pierre&Vacances », selon Francis Girault, maire de Jaunay-Clan et membre du groupe Initiatives et Progrès. Pour lui, l’initiateur du projet devrait également mettre au pot.

« Impossible car la SEML va signer un bail avec Pierre&Vacances. Le groupe ne peut pas se trouver des deux côtés de la barrière », explique le président Claude Bertaud. Certes, mais cela signifie-t-il, de la même façon, que Center Parcs devra se passer des services de Soregies et de Dalkia ? « Attention aux délits d’initiés », clame Francis Girault.

« Faire vite »

Claude Bertaud a appelé personnellement le PDG du groupe touristique, samedi dernier. « Je voulais savoir si la baisse du cours de bourse (passé en quelques jours de 60€ à 20€) risquait de modifier le projet. Il m’a assuré que le programme resterait le même. »

Les taux d’intérêt appliqués par les banques inquiètent fortement les élus. La tendance est à la hausse. Or, une trop forte pression pourrait remettre en cause l’ensemble du projet. C’est pourquoi Claude Bertaud veut réduire la part d’emprunt dans le financement et conclure rapidement des accords avec les banques.


Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende