Conférence « Ces arbres qui cachent la forêt », à Dijon

Durée de lecture : 2 minutes


Le samedi
23
novembre
au samedi
23
novembre




Depuis plusieurs années, la forêt morvandelle constitue un sujet qui enflamme l’actualité. En témoigne la manifestation du dimanche 17 novembre à Dun-les-Places (Nièvre) où 500 manifestants se sont rassemblés pour dénoncer le recours aux coupes rases et à la sylviculture monospécifique de résineux.

Le parc naturel régional du Morvan a entamé un bras de fer avec l’État qui vise à limiter les coupes rases qui se multiplient à mesure que les douglas plantés après-guerre arrivent à maturité. De même, plusieurs groupements forestiers se sont constitués afin de développer une gestion forestière durable respectueuse de l’environnement.

Ces oppositions autour des modes de sylviculture traduisent des perceptions différentes de la forêt : puits de biodiversité et de carbone, espace de loisirs d’un côté ; production de bois de l’autre. Tout le travail du PNRM, de la forêt privée, de l’ONF, et des citoyens est d’arriver à un équilibre qui puisse garantir à tou-te-s un cadre de vie agréable et respectueux des paysages morvandiaux.

À l’heure du changement climatique, ces lignes de force autour de la forêt révèlent les effets néfastes d’une économie globalisée où les habitants – comme les producteurs de bois – subissent les effets du marché international et la course à la productivité. Face au besoin sociétal de trouver de nouvelles directions, nous sommes bien tentés de regarder en direction du passé, vers des expériences lointaines de gestion forestière. Ici, l’histoire joue à plein son rôle au service de la projection en éclaircissant les problématiques vécues par les sociétés passées.

Cette enquête révèle de forts dynamismes de la forêt morvandelle et de ses paysages entre le Moyen Âge et aujourd’hui. Elle met aussi en lumière - au fil du temps long - les évolutions des activités économiques et la succession de différentes perceptions culturelles autour des espaces boisés. Le recours à une chronologie large dans la grille d’analyse permet en outre d’appuyer la réalité les changements brutaux connus dans nos campagnes depuis l’après-guerre. Ainsi, cette intervention permettra d’insister sur la capacité de l’homme à transformer son environnement, et peut-être, enfin, de faire connaître quelques alternatives aux gestions actuelles de la forêt grâce au regard historique.

  • Vincent Balland : « Ces arbres qui cachent la forêt » - Dynamique des paysages et des peuplements forestiers dans le Haut Morvan montagnard du Moyen-Age à aujourd’hui. Intervention à 14h15, 15h15 et 16h15 sous forme de mini-conférences.




Lire aussi : https://80ans.cnrs.fr/evenement/le-...

  • Campus universitaire de Dijon, Esplanade Erasme, Maison de l’étudiant (près de l’Atheneum).
  • Interventions à 14 h 15, 15 h 15 et 16 h 15 sous forme de mini-conférences
    (Dans le cadre des 80 ans du CNRS).
11 juillet 2020
Antennes téléphoniques : des enfants italiens invoquent le principe de précaution
Tribune
10 juillet 2020
EPR : la Cour des comptes étrille la filière nucléaire
Info
11 juillet 2020
Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »
Entretien