Chaine humaine contre le nucléaire : près de 60 000 participants

Durée de lecture : 1 minute

11 mars 2012 / Ouest-France


La chaîne humaine pour sortir du nucléaire qui s’est formée dimanche après-midi le long des 230 km de la nationale 7 entre Lyon et Avignon a rassemblé 60 000 personnes, selon les organisateurs.

Le chiffre de la préfecture de la Drôme parle lui de 31 300 manifestants sur l’ensemble du parcours. (Rhône : 5 200, Isère : 4 500, Drôme : 16 000, Vaucluse : 5 600).

Le communiqué souligne que le département de la Drôme comptait le tronçon le plus important avec 129 km du nord au sud, et que l’action a mobilisé dans la Drôme « environ 16 000 participants, soit à raison d’1,50 mètres par personne, l’équivalent de 24 kilomètres ».

230 km de chaîne

Portant des gilets fluo jaunes ou oranges et brandissant des drapeaux « Europe écologie » ou « Sortir du nucléaire », les militants se sont déployés en se tenant par la main ou en étant reliés par des rubans pour occuper tout l’espace sur les 230 km séparant Lyon d’Avignon

« En participant à cette chaîne humaine, co-organisée par le Réseau Sortir du nucléaire et le collectif Réaction en Chaîne Humaine, ces dizaines de milliers de personnes ont démontré que la sortie du nucléaire est une aspiration forte partagée par la majorité des citoyens français  », ont affirmé les organisateurs dans un communiqué.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Ouest-France

Lire aussi : Fukushima : le 11 mars, la liste des actions dans tous les pays

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative




Du même auteur       Ouest-France