Ciné-débat en soutien à Terres de Gonesse, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Le jeudi
9
mai


Projection-Débat jeudi 9 mai à 20h à l’Écran
Contre le bétonnage des terres agricoles
en Île-de-France, stoppons EuropaCity !

Le projet EuropaCity vise à bétonner les trois cents hectares
des dernières terres agricoles d’Île-de-France autour
d’un méga-complexe de commerces et de loisirs.
Un projet alternatif d’agriculture périurbaine (CARMA) est soutenu
par de nombreux habitants du territoire.
Venez à la projection du film “Irrintzina, le cri de la génération climat “
et participez à la création d’un collectif dionysien Terre de Gonesse.

À quelques encablures du Parc de la Courneuve, 300 hectares des dernières terres agricoles d’Île-de-France sont menacées par l’urbanisation autour d’un centre d’affaires de 800 000 m² de bureaux et d’EuropaCity, un méga-complexe de commerces et de loisirs sur 80 hectares. L’établissement public Grand Paris Aménagement a promis 3,1 milliards d’euros d’investissements privés à la société immobilière du groupe Auchan et Wanda, un investisseur chinois.
Alors qu’il faudrait rapprocher les producteurs des consommateurs par les circuits-courts, assurer l’auto-suffisance alimentaire des Francilien·ne·s et lutter contre l’artificialisation des sols, la suppression de ces terres céréalières très fertiles serait une catastrophe coûteuse et nuisible. Même si « ses bénéfices économiques escomptés ne sont pas établis » selon le tribunal administratif de Cergy qui a récemment annulé le plan local d’urbanisme de Gonesse, ce projet impliquerait aussi de construire une gare du Grand Paris Express en plein champ et un nouvel échangeur sur l’A1, autoroute la plus saturée d’Europe. Les risques de pollution de l’air et de grande consommation d’énergie sont énormes. Tout cela au nom de promesses d’emplois et de fréquentation touristique invraisemblables.
Face à ce projet climaticide et hyper-spéculatif, des citoyen·ne·s et des collectifs rassemblant agriculteurs, chercheurs et entrepreneurs solidaires proposent le projet alternatif CARMA (Coopération pour une ambition Agricole Rurale et Métropolitaine d’Avenir). Celui-ci porte une nouvelle agriculture périurbaine profitant au territoire, améliorant la santé alimentaire des habitants et pouvant devenir l’élément fédérateur d’un territoire fracturé par les limites administratives et des équipements sans liens avec les habitants.
Les opposants au projet Europacity, soutenus par de nombreux élus, ont déjà gagné des batailles et poursuivent un bras de fer avec l’État. Car celui-ci n’hésite pas à ignorer la démocratie locale et les voix des habitants et veut imposer, comme il avait voulu le faire pour le parc Georges-Valbon, des promoteurs immobiliers là où nous avons besoin de nature.



Cinéma L’Ecran à 20h
Métro Basilique de Sant-Denis



23 mai 2019
Face à l’irresponsabilité de M. Macron, décrochons ses portraits
Tribune
24 mai 2019
Températures, fonte des glaces, catastrophes : les rapports scientifiques donnent le vertige
Info
23 mai 2019
Pourquoi les jeunes manifestent-il pour le climat vendredi 24 mai ?
Une minute - Une question