Climat : Hollande s’engage

Durée de lecture : 2 minutes

4 décembre 2012 / Présidence de la République

« La nécessité d’agir plus vite et plus efficacement pour limiter la hausse de la température du globe à 2°C d’ici la fin du siècle a été particulièrement soulignée. »


Au moment même où se tient la Conférence des Nations Unies sur le climat à Doha (du 26 novembre au 7 décembre), le Président de la République a reçu une délégation de scientifiques français membres du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) conduite par Jean JOUZEL, vice-président du GIEC, et composée de Hervé LE TREUT, Pascale BRACONNOT, Stéphane HALLEGATTE, Catherine JEANDEL, Serge PLANTON, et de Valérie MASSON-DELMOTTE.

Les ministres Delphine BATHO et Pascal CANFIN ont participé également à cet entretien.

Le Président de la République a salué l’excellence de la recherche française en matière d’études sur le climat, et le rôle essentiel du GIEC au niveau international dans l’avancée et la diffusion des connaissances en la matière.

Les résultats des travaux du GIEC sur l’évolution actuelle du climat, les impacts possibles à court et moyen terme, notamment en France, le rôle des océans, les enjeux des négociations climatiques, les politiques à conduire pour faire face au réchauffement climatique, dont l’aide à l’adaptation pour les pays les plus pauvres, ont fait l’objet d’exposés et d’échanges approfondis.

La nécessité d’agir plus vite et plus efficacement pour limiter la hausse de la température du globe à 2°C d’ici la fin du siècle a été particulièrement soulignée. Le Président de la République a rappelé que c’est l’un des objectifs majeurs de la transition énergétique dans laquelle il a voulu que la France s’engage, à l’issue d’un large débat débuté le 29 novembre.

Il a réaffirmé la volonté résolue de la France, avec l’Union européenne, d’aboutir à un accord ambitieux de l’ensemble des pays de la planète en 2015, et sa disponibilité pour accueillir la conférence des Nations Unies sur le climat cette même année.

Le Président de la République a considéré que les politiques à conduire en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique constituaient par ailleurs de formidables opportunités de croissance « verte », qui puissent concilier performance économique, progrès social, et préservation de la planète.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Elysée.fr

Lire aussi : Le climat n’est pas une priorité du gouvernement

20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage
18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir