33 %
Objectif 30 000 €

Climat : le grand bluff des multinationales

23 mai 2016



Total, Engie, Lafarge : devant, elles promettent d’être « vertes ». Dans les coulisses, elles sont championnes du CO2. Une enquête de Cash Investigation.

​Mardi 24 mai à 20h55 sur France 2

En hélicoptère au Canada, en avion en Australie ou en voiture en France, Elise Lucet et l’équipe de Cash Investigation ont fait des dizaines de milliers de kilomètres, émis des tonnes de CO2, mais pour la bonne cause : vous raconter comment les géants de l’énergie carbonisent la lutte contre le réchauffement climatique.

Cash Investigation vous révèle les dessous d’un étrange marché, celui des « quotas carbone ». Créé par l’Union Européenne il y a dix ans, il était censé inciter les industries lourdes à réduire leurs émissions de CO2, ce gaz qui dérègle le climat. Mais ce système est aujourd’hui totalement dévoyé, au profit des plus gros émetteurs de CO2. Vous allez comprendre qu’émettre du CO2 peut être très rentable pour les grands groupes.

- Lire l’enquête de Reporterre sur la façon dont l’industrie du ciment s’enrichit avec le CO2

Loin de ses déclarations d’intention sur le climat, le fleuron de l’industrie française Total n’hésite pas à investir des milliards de dollars au Canada pour exploiter le pétrole le plus sale de la terre. Jean-Baptiste Renaud s’est envolé vers les paysages apocalyptiques de l’Alberta.

Là-bas les forêts boréales ont cédé leur place à de gigantesques mines à ciel ouvert où sont exploités les sables bitumineux. L’or noir qui en sort est le plus sale de la planète. Vous allez découvrir que pour acheminer ce brut très polluant vers nos pompes à essence, l’industrie pétrolière est en train de construire un immense pipeline, une véritable autoroute pour le brut. Quitte à prendre d’énormes risques avec l’environnement.

Engie (le nouveau nom de GDF Suez) cultive son image d’entreprise verte, à coup de jolies images d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques. Sauf qu’Engie, groupe dont l’Etat est actionnaire majoritaire, c’est aussi une trentaine de centrales à charbon. Le charbon, l’énergie la plus sale et la plus émettrice de CO2. Dans la région de Melbourne en Australie, Engie exploite toujours l’une des plus vieilles centrales et les plus polluantes du monde. En février 2014, elle a provoqué l’une des plus importantes catastrophes environnementales de l’histoire de l’Australie. Un incendie qui a duré 45 jours, asphyxié toute la région. Aujourd’hui c’est tout un pays qui demande des comptes à l’entreprise française.

Derrière les beaux discours, il y a la réalité du business. Elise Lucet et l’équipe de Cash Investigation vous révèlent que l’intérêt financier des grandes entreprises n’est pas de sauver la planète. Bien au contraire...

> Après cette diffusion, Elise Lucet recevra sur le plateau Ségolène Royal et Nicolas Hulot.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les saboteurs du climat

Source : Courriel à Reporterre de France 2

21 novembre 2016
Trump désigne un climatosceptique, Myron Ebell, comme ministre de l’Environnement
Info
7 décembre 2016
En Ile-de-France, Les Républicains asphyxient l’agriculture biologique
Tribune
5 décembre 2016
EXCLUSIF : la carte des réacteurs nucléaires à l’arrêt. Des coupures de courant se préparent en cas d’hiver rigoureux
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre