Combattre l’obsolescence programmée

10 février 2017 / Samuel Sauvage et Lætitia Vasseur



  • Présentation du livre par son éditeur :

Smartphone cassé, lave-linge en panne, collants filés, imprimante inutilisable... quel est le point commun entre ces biens de consommation ? Ils sont tous victimes d’obsolescence programmée, symbole d’une société du jetable, qui nuit autant à l’environnement qu’aux consommateurs, tout en reposant sur un modèle économique à bout de souffle. La mort précipitée de nos produits est-elle réellement planifiée ? Quels sont les impacts de la reconnaissance en 2015 du délit d’obsolescence programmée ?

Autant de questions auxquelles répond cet ouvrage, à l’aide d’une analyse sans concession du problème et l’exploration audacieuse de solutions individuelles et collectives.

Il s’agit dans un premier temps de définir ce qu’est l’obsolescence programmée, d’envisager ses conséquences non seulement en termes économiques et environnementaux, mais aussi d’un point de vue sociétal. Car la société de surconsommation entraîne la perte d’autonomie des citoyens et l’aggravation des inégalités sociales. À travers des illustrations et des témoignages, les auteurs font également le point sur les modèles économiques dits « durables », tels que l’économie collaborative, circulaire ou fondée sur l’usage. Ils montrent que les moyens de combattre cette obsolescence accélérée existent et que grâce à eux, une nouvelle manière de consommer et de produire, plus responsable et durable, est en marche.


  • Du jetable au durable. En finir avec l’obsolescence programmée, par Samuel Sauvage et Lætitia Vasseur, éditions Gallimard, 160 p., 15 €.

Source : éditions Gallimard




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Et si l’obsolescence, c’était plus compliqué qu’on ne pense ?
20 octobre 2017
Le jardin bio où les personnes en galère retrouvent de l’allant
Reportage
20 octobre 2017
Assez de LGV ! On a besoin de trains régionaux
Tribune
21 octobre 2017
En ce doux automne, les chataîgnes boguent et la vannerie est bucolique
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre