Comment fonctionne le camp autogéré de Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 7 minutes

6 août 2009 / Camp Action Climat

La Semaine de la résistance se poursuit jusqu’au dimanche 9 août près de Nantes. Voici le mode de vie au Camp action climat qui a accueilli les... résistants.

Nous allons avoir le privilège d’expérimenter la vie dans un CAMP AUTOGERE, où, grâce à la participation et à la responsabilité de touTEs, chacunE sera respecté et pourra vivre de beaux moments, et le lieu que nous voulons sauver sera lui aussi respecté !

Ce camp souhaite une EMPREINTE ECOLOGIQUE LA PLUS LEGERE POSSIBLE :
Les voitures sont rangées et ne bougent plus sauf nécessité absolue

L’électricité sera disponible en très petite quantité, pour : quelques films, l’éclairage de la caravane-infirmerie, le media-center (internet) à l’usage du camp, UN PEU d’éclairage pour le soir.

L’eau sera précieuse et à NE PAS GASPILLER ! même si le lavage des mains doit être soigneux !

Les TOILETTES SECHES resteront propres et sans odeur grâce à l’attention de chacunE, et fourniront après 18 mois de stockage un excellent compost.

La TENTE INFO-ACCUEIL vous donnera un max d’indications sur tout : vie quotidienne, plan du camp, activités, actions… n’hésitez pas à les solliciter… et à participer aux permanences ensuite !

PARTICIPATION LIBRE AUX FRAIS : le camp action climat s’auto finance à 100%, c’est donc nous tous qui finançons ses moyens logistiques. Un prix indicatif moyen est de 4 euros par jour et par personne de fonctionnement et de soutien, pour un budget global de 15 000 à 20 000 euros qui comprend le fonctionnement et l’investissement pour ce camp et les suivants.

La nourriture sur le camp se veut essentiellement végétarienne. L’approvisionnement collectif des cuisines (commandes groupées), organisé par la commission cuisine est, elle, végétalienne : en effet, l’élevage est une source importante de gaz à effet de serre ; en outre, pour nourrir le bétail des riches en affamant les humains des pays du sud, les paysans du Sud sont chassés de leurs terres, les forêts primaires sont détruites, pour la production massive très exigeante en eau et en chimie de soja et maïs de plus en plus souvent OGM.
Le coût de la nourriture sera d’environ 6 euros par adulte et par jour (3€ par repas) sur le principe de la participation libre.

Le travail partagé ne fatigue personne ! chacunE pourra donc s’investir dans la vie quotidienne, en s’inscrivant sur le TABLEAU DES TACHES de son quartier : accueil, cuisine, vaisselle, déchets, toilettes sèches, animation enfants etc… pour que tout puisse être fait ! Sans oublier le travail du démontage après le camp…

Hygiène : pour éviter toute épidémie désagréable de problèmes gastro-intestinaux : LAVONS-NOUS LES MAINS : après chaque passage aux toilettes avant de préparer ou toucher la nourriture Des « fiches hygiène » sont à chaque cuisine et chaque toilette : à lire, et appliquer ! La vaisselle sera faite par 2 responsables après chaque repas, pour éviter que chacun vienne trempouiller son assiette dans un bouillon de culture avec ses mains pas lavées !

Secours : une CARAVANE-INFIRMERIE stationnera dans le camp : chaque personne compétente est bienvenue pour des permanences : se signaler à l’accueil ; En cas de problème, allez à la tente « accueil-info » qui appellera quelqu’unE.

Les CHIENS ne seront pas tolérés : l’agriculteur qui nous prête le terrain l’exige pour ne pas perturber ses vaches ; et pour la tranquillité de tous (bruit, risque de bagarre de chiens, grand nombre de personnes adultes et enfants…) et l’hygiène (déjections, vol de nourriture) le demandent aussi !

Il est souhaitable pour tous d’avoir un TEMPS CALME : de 23 h à 9 h du lundi 3 au jeudi 6, de 21 h à 9 h le vendredi, veille de l’action En revanche le samedi 8 au soir : FIESTA ! sans limite d’horaire !

ENFANTS, ADOS : un espace leur sera réservé, avec des animateurs, du matériel, des activités : chacunE est le/la bienvenuE avec son temps, son matériel, ses idées !

Pour respecter le désir et l’intimité de chacunE, AUCUNE PRISE D’IMAGE, DE SON n’est possible sans le consentement clair de la personne concernée ; et si vous voyez quelqu’un (même un journaliste : les journalistes doivent être accompagnés d’un membre du groupe Media) qui ne respecte pas cette règle, chacunE est en droit de la lui rappeler !

ET POUR GERER TOUT CA AU QUOTIDIEN :
Une A.G. DE QUARTIER se tiendra chaque jour de 9 h30 à 10 h30, et règlera tout ce qu’elle peut régler ; elle prendra ses décisions au consensus, après une discussion respectueuse de l’expression et de l’opinion de chacunE.

Elle enverra 2 représentants, différents chaque jour, à l’A.G. du GROUPE CAMPEMENT, qui comprendra aussi un représentant de chaque groupe de travail (eau, énergie, media..). Cette A.G. se tiendra chaque jour de 11 h à 12 h ; En cas de menace directe à l’existence du Camp (blocage par la police, crise interne majeure, urgence médicale), elle devient une instance permanente.

ET LES ACTIVITES, dans tout ça ?
De nombreux ateliers, projections de films, débats ont déjà été proposés, ils s’adressent à TOUS LES quartiers ; le planning sera affiché à la tente accueil-info, avec les lieux et les heures, et le nombre possible de participantEs .

ChacunE peut faire d’autres propositions, en apportant si besoin est le matériel nécessaire.

Quelques idées pour rendre le camp accueillant et inclusif...
Tout cela est nouveau pour vous ?
Comment s’investir
Chacun a son mot à dire au sujet de la façon dont le camp est organisé, et nous sommes tous une équipe. Il n’y a pas de chef-e-s, et personne n’est chargé de « gérer » les différents domaines du camp. Cela dit, certaines personnes qui sont impliquées depuis le début sembleront probablement très occupées, et il peut être difficile de s’investir dans ce contexte. C’est pourquoi nous mettons en place une foire aux jobs au point accueil. Si vous voulez aider, n’hésitez pas à le faire savoir et à demander ce qu’il faut faire ! Nous nous inspirons de la culture « do it yourself » (fais-le toi-même). Oui, vous pouvez prendre l’initiative de fabriquer un panneau qui pointe vers un câble en travers du chemin. Il n’y a pas besoin de demander la permission ; trouvez les outils et faites le panneau, et demandez de l’aide si vous en avez besoin.

C’est très différent de beaucoup de situations dans lesquelles nous nous trouvons habituellement, mais une fois qu’on prend l’habitude, on ne revient pas en arrière ! La camp est une communauté sociale comme toutes les autres. C’est l’occasion de se faire de nouve-lles-aux ami-e-s, et une bonne façon de s’intégrer au camp est de donner un coup de main, que ce soit en faisant la vaisselle, en gérant le point accueil ou en fabriquant des toilettes sèches. Tout cela n’est pas nouveau pour vous ? Gérer ses capacités et apprendre à partager les tâches Demandez de l’aide si vous en avez besoin. Un-e ami-e peut vous dire si vous prenez trop de choses en charge. Assurez vous que vous n’êtes pas la seule personne capable de faire quelque chose en particulier. Les autres peuvent vous aider, et partager ses compétences ou en acquérir de nouvelles est l’un des objets du camp. Il s’agit d’investir tout le monde, et pas seulement les personnes qui sont déjà assurées de leurs capacités. Chacun-e peut contribuer de façon enrichissante pour le camp si l’occasion en est donnée. Souvenez-vous comment vous vous sentiez quand vous avez commencé à être actif dans ce domaine, et ce qui aurait alors pu vous aider, et faites le pour quelqu’un-e d’autre, même s’il ne s’agit que de simplement s’asseoir à côté d’un-e inconnu-e et de dire bonjour.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.campclimat.org/spip.php?...

Pour en savoir plus sur la Semaine de la résistance au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes : http://www.resistance-ndl.org/

15 octobre 2019
Dans l’Indre, il pleut mais la sécheresse demeure
Reportage
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info
16 octobre 2019
L’accès à l’eau, enjeu de la guerre turque en Syrie
Tribune




Du même auteur       Camp Action Climat