Comment la mondialisation a tué l’écologie

Durée de lecture : 1 minute

27 août 2012 / Aurélien Bernier


Le débat scientifique sur la réalité du changement climatique a ses imposteurs. Mais, en matière d’environnement, les plus grandes impostures se situent dans le champ politique.

Lorsque l’écologie émerge dans le débat public au début des années 1970, les grandes puissances économiques comprennent qu’un danger se profile. Alors que la mondialisation du capitalisme se met en place grâce à la stratégie du libre échange, l’écologie politique pourrait remettre en cause le productivisme, l’intensification du commerce international et les délocalisations de l’industrie vers les pays à bas coût de main-d’œuvre.

Avant même que la communauté internationale ne se réunisse pour débattre des crises environnementales, les tenants de la mondialisation rédigent les conclusions : aucune mesure de protection de l’environnement ne devra entraver le commerce.

Depuis plus de quatre décennies, depuis que la question environnementale a émergé dans les débats nationaux et dans les préoccupations internationales, un pacte tacite s’est instauré, qui n’a pas manqué de duper : au sein des gouvernements, des institutions internationales, lors des grands sommets, ne seraient prises que des mesures cosmétiques, ne portant pas atteinte au libre échange et à la mondialisation. Il est grand temps de faire tomber les masques et de raconter en détail l’histoire politique, totalement méconnue, qui révèle la supercherie d’une prétendue conversion à l’écologie des grands de notre monde.

Comment la mondialisation a tué l’écologie, Aurélien Bernier, éd. Mille et Une Nuits, 357 p., 19,50 €.




Source : Fayard

Voir aussi le blog d’Aurélien Bernier

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

28 juin 2019
La canicule est un enfer pour les SDF et pour les prisonniers
Reportage
15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
13 juillet 2019
Fos-sur-Mer : un projet unique de science participative pour mesurer les pollutions industrielles
Alternative




Du même auteur       Aurélien Bernier