Conférences gesticulées

Durée de lecture : 6 minutes

15 avril 2013 / par Villalard



Université Populaire Gesticulante
Au Théâtre du Grand Parquet, à Paris, à partir du 19 avril


Une conférence gesticulée c’est une histoire populaire, c’est un conte politique, c’est une réflexion offerte au collectif pour qu’il se l’approprie. On y gesticule plutôt que d’expliquer, on y raconte sa vie plutôt que d’argumenter, on s’y amuse tout en réfléchissant...

On peut définir la conférence gesticulée comme la rencontre entre des savoirs chauds – savoirs « illégitimes », savoirs populaires, savoirs politiques, savoirs de l’expérience…savoirs utiles pour de l’action collective… – et des savoirs froids – l’université publie d’excellentes analyses politiques, sociologiques, sur tous les sujets dont nous avons besoin…

Sur la culture du capitalisme, sur le social, sur l’insertion, sur l’école, sur la Ville…
L’idée de la conférence gesticulée est celle d’une transmission, qui n’est JAMAIS autorisée, jamais organisée : la transmission de l’expérience collective, (c’est-à-dire politique) que nous emmagasinons au fil de notre expérience.

C’est une forme volontairement pauvre, pour ne pas être parasitée par des considérations « culturelles » où l’esthétique prendrait le pas sur le politique.

Vendredi 19 - 19h : Franck Lepage
Inculture(s) 2 :
ET SI ON EMPECHAIT LES RICHES DE S’INSTRUIRE PLUS VITE QUE LES PAUVRES ?
Ou comment j’ai raté mon ascension sociale...

Une autre histoire de l’éducation. Le spectacle utilise l’image du parapente
(l’ascension aérologique) comme métaphore de l’ascension sociale.
C’est donc tout autant une leçon de parapente.

Samedi 20 - 17h : Nathalie Rouquerol
DE NEANDERTAL A FUKUSHIMA, LA PREHISTOIRE C’EST TOUTE UNE HISTOIRE
La préhistoire fascine, sans doute parce qu’avec une simple truelle et un pinceau, l’archéologue nous révèle les témoins de notre passé. Des hommes ont risqué leur vie, le bûcher, la prison, la censure pour imposer cette évidence : nous avons
tous des ancêtres lointains, lointains, et s’ils n’avaient pas survécu, nous ne serions pas là pour les évoquer ! Ils ne s’appellent pas Adam et Eve mais Sapiens et Neandertal. Et il n’y a qu’une seule espèce humaine : "l’Être humain". Mais la préhistoire n’échappe pas à son temps : elle n’est jamais neutre, elle est là, présente, partout, inattendue, subversive... Je vous raconte ?

Samedi 20 - 20h : Romain Ladent
JE NE FAIS PAS DE POLITIQUE, JE POSE DES QUESTIONS
Quand socialiste rime avec capitaliste et éducation populaire avec galère.
Pendant des années, j’ai fait du développement social, local, durable, sans jamais demander aux citoyens concernés ce qu’ils en pensaient.
Pendant des années, j’ai mangé à tous les râteliers pour permettre aux associations et aux mairies où j’ai milité et travaillé d’être subventionnées.
Aujourd’hui, j’ai bien compris que militer, ça ne peut se faire qu’avec vous. Pas facile de défendre ses idées en appliquant dans les collectivités territoriales et les associations, les règles du capitalisme.

Dimanche 21 - 15h : Selma Reggui
L.236-9. COULISSES DE L’ENTREPRISE
Une prise de parole pour dire le pouvoir sournois des mots, la toute-puissance des chiffres, les rapports de force, les droits acquis, ceux menacés.
Pour dire les pièges de l’open space, de l’autonomie, de la polyvalence, du stress, des risques prétendument psychosociaux.
Pour dire le travail, ses transformations, dire le métier, son démantèlement.
Pour dire la condition ouvrière, salariale, humaine.
Dire les contradictions, les solitudes, les souffrances tues. Mais aussi les résistances, les rugissements, les victoires, quand le travail arrache du sens, et que le collectif dit non. Dire l’urgence, la lutte et l’espoir.

Dimanche 21 - 18h : Régine Mary
SAINTE-ISO PROTEGEZ-NOUS
Les normes et la marchandisation en système capitaliste.
Ah le beau Label que nous avons là ! Dans les pays riches tout est dangereux, heureusement y a les NORMES. Certification des systèmes produits services. Certification des personnes !
Démarche qualité, test, diagnostic, inspection, évaluation, standardisation… Dans tous les secteurs les normes s’imposent, pour le bien de tous et de chacun. HYGIENE SANTE SECURITE. Vivons heureux bien isolés. A qui profite le crime ?
Une histoire normale, racontée par une fantaisiste en redressement.

Vendredi 26 - 19h : Marc Pion
DU TRACTEUR A L’ANE ...
Ou la prise de conscience politique d’un paysan.
De l’exode rural à la PAC. Des quotas laitiers à la vache folle. De l’agriculture bio aux algues vertes. De "la vie d’un simple" aux " paysans dans la lutte des classes". De l’évolution d’un éleveur productiviste en un paysan heureux. De la transmission aux installations atypiques. Du machisme en agriculture à la vente directe… 50 ans
de vie, ou une autre histoire de la paysannerie.

Samedi 27 - 17h : Yaelle Pierrat Frappé
A QUI PROFITENT NOS SILENCES ?
Y’a des signes qui ne trompent pas !
Harcèlement, écoles, sourds, syndicalisme, colonialisme, Vatican... partout des silences qui étouffent ! Chacun s’impose aussi des silences à soi-même...Pourquoi ?
Plus que jamais, il est utile de contourner les injonctions de se taire.
Nous allons voir ensemble comment retrouver la parole. Des tranches d’humour et d’émotion, des tranches de ma vie... Allez, vas-y !

Samedi 27 - 20h : Laurence Nogues
BOUGE DE LA
Injonction économique de la mobilité = Nouvel esprit du capitalisme ?
"Mobilité et stabilité ne sont pas antinomiques : un cycliste n’est stable sur sa bicyclette qu’en avançant." Jacques Chirac, La France pour tous.
Le temps s’accélère et l’espace se réduit au rythme de la mondialisation. Les hommes sont sommés de s’adapter au monde du travail en pleine évolution. Être mobile devient
le critère d’employabilité exigé. Dans une société où certains se mettent au vélo pour préserver l’environnement, et d’autres rêvent de voiture pour accéder enfin à l’emploi, les fractures géographiques, socioprofessionnelles et numériques se creusent un peu
plus chaque jour. A force de naufrages dans ma vie de femme, de mère et
de salariée, j’ai appris à naviguer ; je vous emmène à bord dans cette traversée tempétueuse qui m’amènera à jeter l’ancre sur une plage de Bretagne.

Dimanche 28 - 15h : Nicolas Gaillard
LA MAGIE DU TRAVAIL SOCIAL
Ou comment faire disparaître les pauvres (et les inégalités).
La quête du Graal d’un éducateur spécialisé qui s’échine à trouver le sens de son métier et à dévoiler les mécanismes obscurs de la prise en charge des indigents.
Et comment fait-il, pour tenir, seul au fond de son bureau, à recevoir la misère du monde sans savoir quoi en faire ? Entre outillage critique, réflexion politique et "vignettes cliniques", voici l’itinéraire désordonné d’un travailleur social de passage, qui veut comprendre le truc, révéler les astuces d’un métier occulte.

Dimanche 28 - 18h : Marie Kerhuel
DE L’UTOPIE A LA BECHE - FAIM DANS LE MONDE ET FINS POLITIQUES ...
Ou comment une petite histoire de jardin partagé s’invite dans
la grande histoire de la participation.
C’est l’histoire d’un jardin partagé et de ses jardiniers. C’est assui le parcours d’une militante au sein des réunions participatives d’un quartier. Les apprentissages d’une petite bourgeoise qui voulait nourrir les pauvres et qui finit par aller jardiner le samedi matin avec ses copines.






Source : Le Grand Parquet

Photo : La Nouvelle République

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

18 septembre 2020
« Les retenues d’eau aggravent la sécheresse, et la vulnérabilité de l’agriculture »
Entretien
18 septembre 2020
Avec le projet de contournement de Montpellier, la voiture reste reine
Reportage
19 septembre 2020
À Plélan-le-Grand, le parc éolien souffle à l’énergie citoyenne
Alternatives


Du même auteur       Villalard