Contre les Center Parcs

21 juin 2011 / Parti pour la décroissance



Artificialisation de l’espace, pollutions multiples, vacances sous le signe de la consommation, les Center Parcs sont anti-écologiques.


Après la Normandie, la Sologne, l’Aisne et la Moselle, un cinquième Center Parcs doit voir le jour dans l’Isère, au cœur de la forêt de Chambaran, qui abrite un parc naturel clos de 300 ha.

Sollicité par le mouvement d’opposition à son installation, le Parti Pour La Décroissance (PPLD) tient à apporter son soutien aux opposants. Nous invitons tous les Objecteurs de Croissance (OC) d’Isère à combattre l’implantation d’un énième centre de loisirs géant.

Même si ce combat peut paraître moins important que la lutte contre le nucléaire ou le soutien aux indignés, il faut bien saisir que l’implantation d’un Center Parc est la suite logique de la domination capitaliste et, que s’opposer aux Center Parcs, c’est bien refuser ce modèle de développement qui méprise la nature et les humains.

Qu’est ce qu’un Center Parcs ?

C’est un centre de villégiature clos, généralement isolé, offrant tous les services marchands indispensables pour passer des « vacances réussies ». C’est surtout un hymne à des vacances standardisées dans un cadre moderne, dont la nature est sauvagement artificialisée.

C’est surtout une source de pollution dramatique. D’abord, car le Center Parcs s’implante dans une zone naturelle (la forêt de Chambaran) à disposition de tous et gratuite pour devenir une zone bétonnée, close et payante. Ensuite, parce que la construction et le fonctionnement d’un Center Parcs nécessitent une quantité d’énergie et de matières premières redoutables (il faut chauffer les jacuzzis, piscines, cottages, macadamiser le sol, amener le béton …). Un Center Parcs, c’est donc une participation au pillage de la planète, des pollutions mais aussi une perte de territoire, de biotope à jamais détruit par l’activité de l’homme.

Afin de permettre l’accès de milliers d’automobilistes, des routes seront construites spécialement, augmentant la surface de sol pollué. Ce type de centre de loisirs à la chaîne dans des temples modernes de consommation symbolise l’absurdité d’une civilisation qui ne conçoit le temps de loisirs que comme un temps de dépenses économiques, quelles que soient les conséquences pour l’environnement vital.

En outre, la société Pierre et Vacances, propriétaire des Center Parcs, se pare du déguisement du développement durable pour attirer le touriste. Cette nouvelle mode du blanchiment écologique est un argument que le PPLD se doit de dénoncer. Cet argu-mensonge de polluer mieux doit aussi devenir notre combat, surtout quand notre énergie est nucléaire.

Afin de s’imposer aux pouvoirs publics et aux populations locales, l’implantation d’un Center Parcs est présentée comme une aubaine sociale, une « chance » de pouvoir créer des emplois précaires et à mi-temps, qui provoqueront encore davantage de mal-être chez les populations employées. En outre, c’est bien nos impôts qui vont financer en partie la construction de cette usine à parquer du touriste. Ce chantage à l’emploi et à la croissance fonctionne bien auprès des exécutifs des collectivités, toujours prompts à se lancer dans de grands travaux.

Le Center Parcs comme progrès voire sauveur de nos régions est donc un leurre bien mis en scène et, malheureusement, accepté par les décideurs totalement aveuglés par les lumières croissancistes.

Nous ne sommes bien sûr pas opposés au repos et aux vacances ! Il existe heureusement des modes de tourisme qui préservent l’environnement et permettent de rencontrer les habitants des lieux que l’on visite, pour un réel enrichissement de part et d’autre, dans la convivialité. En tant qu’objecteurs de croissance, nous devons nous élever contre ce genre de projet, symbole d’un système énergivore qui confisque le bien commun et dont l’objectif n’est pas de mieux vivre mais de faire du chiffre !

C’est pour ces raisons que le PPLD soutient cette lutte et demande l’annulation du projet de ce Center Parcs afin que la forêt de Chambaran reste un espace sauvage préservé, gratuit et ouvert à tous.

Pour en savoir plus et continuer la lutte :

http://pcscp.org

http://www.nuisancestouristiques.com

http://chambarans.unblog.fr





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : http://www.partipourladecroissance....

Lire aussi : Quand le fisc détruit

20 octobre 2017
Le jardin bio où les personnes en galère retrouvent de l’allant
Reportage
20 octobre 2017
L’autorisation de deux insecticides « tueurs d’abeilles » indigne les apiculteurs
Info
21 octobre 2017
En ce doux automne, les chataîgnes boguent et la vannerie est bucolique
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Parti pour la décroissance