Dans les Alpes, des travaux ravageurs commencent pour le Tour de France

Durée de lecture : 4 minutes

15 mai 2013 / Matthieu Stelvio

Le 13 mai, la route pastorale de Sarenne devait être mise en chantier pour le Tour de France. Sur le plan écologique, c’est une aberration ! Les organisateurs de l’épreuve ont refusé le dialogue avec 10 500 opposants.


Le 18 juillet, le Tour de France doit passer sur la route pastorale du Col de Sarenne (qui est située en amont de l’Alpe d’Huez). Nous sommes 10 500 à nous y opposer.

Deux millions de spectateurs sont attendus sur la montée de Bourg d’Oisans à Sarenne ! Fermée huit mois sur douze, cette route est très peu fréquentée (une voiture toutes les dix minutes), et a un caractère très singulier. Elle traverse un site d’une richesse environnementale exceptionnelle. On n’y dénombre 758 espèces végétales et 100 espèces animales protégées ; parmi lesquelles le tétras lyre, l’aigle royal, le lagopède, le circaète Jean-le-Blanc, le milan royal, l’apollon, l’azuré du serpolet (en danger d’extinction), le bruant ortolan (en danger d’extinction)…

Le Conservatoire Botanique National Alpin atteste que la Vallée du Ferrand est l’une des « plus riches régions de France sur le plan botanique » et que la faune y est « remarquable ».

Cet environnement est très fragile : les animaux de montagne ont une vie rude, et un stress prolongé peut lourdement impacter leur survie. La foule du Tour de France et les travaux perturberont ce vaste écosystème. Il est inacceptable que de tels dommages soient justifiés par un événement sportif éphémère, et non par un intérêt public majeur !

Pour le passage du Tour de France, 500 000 euros de travaux sont engagés sur la route pastorale de Sarenne. Ces travaux d’intérêt privé sont maquillés par un intérêt public « bidon ». Nous avons la preuve que si la route est refaite, c’est à la demande des organisateurs du Tour de France, et non pas à celle de la population locale. L’objectif de ces travaux est d’offrir du confort aux véhicules du Tour, et de permettre aux coureurs de descendre à 100 km/h une route pastorale qui est limitée à 20 km/h !

Sur le plan légal, le passage du Tour de France à Sarenne peut être contesté. L’arrêté préfectoral de protection de biotope interdit toute manifestation dans le périmètre de la zone humide. Or, cette zone jouxte la chaussée et sera piétinée par la foule du Tour de France !

La route pastorale se confond avec l’emblématique chemin de randonnée du Tour des Ecrins. A l’instar de nombreux cyclistes, beaucoup de randonneurs voient d’un très mauvais œil ces travaux (qui induiront une augmentation du trafic automobile touristique). La mise en chantier de la route pourrait être le prélude d’investissements plus importants destinés à étendre le domaine skiable de l’Alpe d’Huez (en 2006, un projet a été posé sur la table). L’étau se resserre trop autour de l’Oisans sauvage qui est déjà suffisamment exploité par les stations de ski !

Nous en avons assez de voir nos montagnes recouvertes de voitures et de remontées mécaniques ! Nous voulons préserver et transmettre ces grands et beaux espaces où règnent toute la beauté et toute la quiétude de la nature ! Accepter une atteinte, c’est ouvrir la porte à d’autres atteintes ; il faut préserver Sarenne de toute pression économique !

Il n’est pas tolérable qu’un site naturel aussi exceptionnel soit durablement impacté pour quelques minutes de télé ! A l’échelle de la planète, ces deux derniers siècles, la vitesse d’érosion de la biodiversité a été multipliée par un facteur compris entre 100 et 1000 : où sont les freins ?

Visiblement, la parole de 10 500 personnes compte pour du beurre ; les organisateurs du Tour de France n’ont pas répondu à nos lettres ouvertes ! Ils ont refusé le dialogue alors que des solutions alternatives existent ! Que devons-nous faire pour être entendus ?

La pétition

PS : Je pense qu’il faut donner tort à ceux qui font l’amalgame entre militantisme et non-respect de la démocratie, mais le fait que les organisateurs du Tour de France ne soient pas à l’écoute de 10 500 personnes mériterait d’être sanctionné ! Plus d’infos.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Agora Vox

Lire aussi : Comment empêcher le Tour de France de saccager le col de Sarenne ?

9 avril 2020
Comment les grandes fortunes redorent leur image grâce au coronavirus
Info
9 avril 2020
Evacuation de la Zad de Brétignolles-sur-Mer : les autorités n’ont pas respecté le confinement
Info
8 avril 2020
Dans les quartiers populaires, les violences policières se poursuivent durant le confinement
Reportage




Du même auteur       Matthieu Stelvio