Débat Eco’Rev

Durée de lecture : 2 minutes

20 mai 2013 / par gjfghjgfg



Quand l’écologie-politique se met dans les pas de la bande dessinée « Saison Brune »

le 21 mai 2013 à 19 h


La rédaction de la revue EcoRev’ vous convie à un débat autour de son numéro 40 en compagnie de :

Jean Jouzel
Climatologue
Vice-Président du groupe scientifique du GIEC

Bernard Laponche
Expert en politiques de l’énergie et de maîtrise de l’énergie

Philippe Squarzoni
Auteur de Saison brune

.......................................................

RDV le 21 mai 2013 de 19h à 21h

Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle
13, rue de Santeuil
75015 Paris - Métro : Censier Daubenton (ligne 7)
Salle 437 (4e étage)

.....................................................................................

Dans son dernier ouvrage, Philippe Squarzoni reconnaît que l’outrance de nos consommations atteint ses limites, que l’improvisation ultralibérale et le rejet de toute régulation semblent de moins en moins viables tandis que se creusent les inégalités sociales et que s’approfondit la crise écologique.

Mais s’il reconnaît également qu’il nous faut désormais fournir une architecture intellectuelle à l’élaboration d’un nouveau projet social et d’une solidarité écologique internationale, il ne s’aventure pas à esquisser la nature de cette politique. Il termine en semblant convaincu que nous ne pourrons pas faire face aux enjeux climatiques de manière civilisée tout en semblant inviter le lecteur à lui démontrer qu’il se trompe.

C’est à cette tâche que s’attelle ce numéro 40 en demandant à plusieurs des intervenants sollicités par Philippe Squarzoni lors de son enquête, de nous assister et de revenir avec nous sur la conclusion pessimiste de l’ouvrage afin de donner matière à l’infléchir :

• en confrontant les réalités scientifiques inquiétantes aux possibilités de les juguler ;

• en tâchant de faire s’exprimer les différents aprioris idéologiques au cœur des choix scientifiques et techniques exprimés ;

• en attirant l’attention sur les différentes communautés d’ « indignés » à travers le monde, dont les pratiques de vie commune sont d’ores et déjà au cœur de cultures économiques alternatives non capitalistes, de nouveaux modes de production, de consommation, d’échanges, etc.

Et si ce numéro 40 est l’occasion pour EcoRev’ de changer de mise en page, il poursuit le travail initié à la création de la revue en 1999, celui de mettre en avant les utopies concrètes porteuses de l’espoir auquel, nous en sommes convaincus, aspire également Philippe Squarzoni.

Un travail que nous prolongerons dans notre numéro 41 en vous invitant à construire avec nous, à l’opposé d’une « culture de la consommation », « la rupture avec une civilisation où on ne produit rien de ce qu’on consomme et ne consomme rien de ce qu’on produit. »






Source : Eco’Rev

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

9 juillet 2020
À Bure, les contrôles d’identité systématiques jugés illégaux
Info
9 juin 2020
Malgré le Covid, la santé environnementale reste aux oubliettes
Enquête
10 juillet 2020
Le 3 octobre, marchons sur les aéroports !
Tribune


Du même auteur       gjfghjgfg