Débat « Manipuler le climat, manipuler la vie – Raison et déraison des nouvelles technologies »

Durée de lecture : 3 minutes

14 octobre 2013

Conférence-débat « Manipuler le climat, manipuler la vie – Raison et déraison des nouvelles technologies », à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris lundi 14 octobre à 19h00.


Des nouvelles disciplines scientifiques et techniques comme la biologie de synthèse et la géo-ingénierie, largement financées par des multinationales privées mais aussi, et de plus en plus, par les États, ont beaucoup en commun. Mêmes promesses de technologies miracles arrivant à point nommé pour réparer les dégâts du progrès.

Même fuite en avant technologique alors que les risques associés sont mal compris par les scientifiques eux-mêmes et que les mécanismes de réglementation et de surveillance existants sont totalement inadaptés. Même idéologie du rapport à la nature qui est pourtant à la racine de la crise écologique actuelle. Même concentration sans précédent des intérêts économiques.

En quoi consiste précisément ces disciplines techno-scientifiques émergentes ? Quels sont les modèles de développement qu’elles véhiculent ? Les modèles économiques qui les sous-tendent ? De façon plus générale, quels sont leurs impacts sur l’environnement et sur nos vies ?

La conférence-débat « Manipuler le climat, manipuler la vie – Raison et déraison des nouvelles technologies » a lieu à l’auditorium de la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris le 14 octobre 2013 à 19h00.

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Les intervenants

Clive Hamilton est un essayiste politique et philosophe australien, spécialiste des questions environnementales. Il a publié plus d’une douzaine d’ouvrages dont Requiem pour une espèce (Presses de Sciences Po, 2013) et Les apprentis sorciers du climat (Le Seuil, 2013). Il est membre de la Royal Society of the Arts et siège à la Climate Change Authority auprès du gouvernement australien.

Pat Mooney est le cofondateur et directeur de l’ONG canadienne ETC Group, qui s’intéresse aux enjeux socio-économiques et écologiques mondiaux des nouvelles technologies. Nanotechnologies, biologie de synthèse, géo-ingénierie font partie des questions sur lesquelles ETC se penche, produit des rapports de grande qualité, et s’engage notamment au niveau international (Nations Unies ; réseaux d’organisations de la société civile).

Geneviève Azam est maître de conférences en économie et chercheuse à l’Université Toulouse II. Elle est par ailleurs militante écologiste et altermondialiste au sein de l’organisation Attac-France. Elle participe régulièrement à la chronique « à contre-courant » de l’hebdomadaire Politis. Elle a récemment co-publié le livre La nature n’a pas de prix – les méprises de l’économie verte (Attac, éditions les liens qui libèrent, 2012).

Catherine Bourgain est généticienne et chargée de recherche au Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES3) à l’INSERM où elle travaille sur le repositionnement des questions scientifiques, médicales, éthiques et économiques induit par les technologies de la génomique haut débit. Elle est également présidente de l’association pour une Fondation Sciences Citoyennes, et a cosigné un livre aux éditions du Seuil en 2013 : ADN superstar ou superflic ?

L’animation de la conférence-débat sera assurée par Basta ! (agence d’informations indépendantes sur l’environnement et les alternatives sociales).

Pat Mooney et Clive Hamilton interviendront en anglais. Une traduction est prévue.

Les interventions seront suivies par une discussion avec la salle.




Source : Fondation Sciences Citoyennes

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête