Découvrir un pionnier français de l’écologie, Roger Heim

Durée de lecture : 1 minute

19 novembre 2020 / Roger Heim



Roger Heim, avec « Destruction et protection de la nature », cherchait, dès les années 1950, à sensibiliser le public à la fragilité de la vie, à la dégradation des milieux, et au désordre des relations entre les hommes et la planète.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Ce livre est un manifeste, l’un des premiers, pour défendre et protéger la nature. En 1952, Roger Heim (1900-1979), directeur du Muséum national d’histoire naturelle, cherche à sensibiliser le public à la fragilité de la vie, à la dégradation des milieux, et au désordre des relations entre les hommes et la planète.

En dix-neuf chapitres, le naturaliste traite aussi bien de la disparition de la grue criarde, des effets des pulvérisations de DDT, que de l’action des lobbies agricoles en Camargue. Fort de ses compétences en chimie, il explique les ravages en cours, notamment sur les insectes pollinisateurs. Et dénonce une « fausse » science inféodée aux intérêts économiques.

Si l’on mesure, à sa lecture, combien des débats déjà brûlants dans la France des années 1950 restent d’actualité, cette œuvre offre surtout une formidable initiation à ce qu’est le monde vivant et à ses subtils équilibres.


  • Destruction et protection de la nature, de Roger Heim, CNRS éditions, septembre 2020, 256 p., 10 €.




Lire aussi : Les Trentes Glorieuses étaient désastreuses‏
15 janvier 2021
Sortir de l’élevage intensif pour échapper aux pandémies
Tribune
23 février 2021
L’écoanxiété nous détourne de l’action collective
Chronique
7 janvier 2021
Dans les Alpes, des professionnels renouent avec le savoir-faire de l’écoconstruction
Alternatives