Delphine Batho : « besoin du nucléaire », « besoin de Notre Dame des Landes »

31 août 2012 / L’Energie d’avancer // Presse Océan

Les besoins, selon la ministre de l’Ecologie


Nucléaire

L’énergie d’avancer

Delphine Batho, ministre de l’Écologie et de l’Énergie, a défendu, jeudi 30 aout, l’énergie nucléaire française, à l’occasion de l’université d’été du Medef, où elle été invitée.

« La France a durablement besoin du nucléaire pour satisfaire ses besoins énergétiques, maintenir la compétitivité de ses entreprises et soutenir ses exportations », a ainsi déclaré la femme politique devant les membres de l’organisation patronale.

Delphine Batho confirme ainsi, après les propos d’Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif, qui avait qualifié le nucléaire de « filière d’avenir », la position du gouvernement en faveur de l’énergie nucléaire française.

Toutefois, la jeune femme a rappelé et confirmé les objectifs fixés par le président de la république sur cette thématique, à savoir diminuer la part du nucléaire dans la production électrique française de 75% à 50%.

« Nous voyons les choses non pas en opposition mais en complémentarité et nous pensons qu’on peut maintenir les emplois dans le nucléaire et développer l’emploi dans le solaire, dans l’éolien, dans la géothermie, dans les énergies marines », a précisé la ministre.


Notre Dame des Landes

Presse Océan

Au lendemain du rassemblement des anti-aéroport à Saint-nazaire, douche froide pour ces opposants à l’écoute de BFMTV et RMC ce matin 29 août.

Interrogée sur Notre-Dame-des-Landes (NDDL) ce matin, Delphine Batho a clairement soutenu ce projet, toujours source de discorde entre socialistes et écologistes... d’autant plus en Loire-Atlantique.

Est-elle pour ? "Oui, c’est la position des socialistes", a-t-elle répondu. Allant dans le sens du Premier ministre, et ex-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault qui a toujours porté le projet.

Pourquoi cette position ? "Je pense que c’est une infrastructure dont nous avons besoin", a estimé la ministre.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Sources :

- L’énergie d’avancer

- Presse Océan

Lire aussi : Couleuvre à neutrons



25 mai 2019
Le succès des marches pour le climat prépare des actions plus engagées
Reportage
24 mai 2019
Températures, fonte des glaces, catastrophes : les rapports scientifiques donnent le vertige
Info
24 mai 2019
En Belgique, les marcheurs du climat ont bousculé la campagne électorale
Info