Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Tribune —

Derrière le bouclier fiscal, le gâchis des heures supplémentaires

Supprimer le bouclier fiscal, bien sûr. Et en égale urgence, supprimer l’exonération de charges sur les heures supplémentaires, qui suscite le chômage.


La suppression du bouclier fiscal est sur toutes les langues. Mais ce débat ne doit pas masquer une autre mesure plus coûteuse encore, en recettes pour l’Etat et surtout en emplois : l’exonération des heures supplémentaires.

La suppression du bouclier fiscal, c’est le débat du moment. Chaque jour qui passe fait de nouveaux convertis. Et même des gens que l’on ne croyait vraiment pas perméables à cette idée semblent s’engager sur cette voie. C’est peut-être même le cas de Jean-Pierre Elkabbach ! Recevant ce matin le tout nouveau ministre du Budget, François Baroin, voilà que l’interviewer en chef d’Europe 1 s’est laissé aller à évoquer la « crise » qui devrait peut-être appeler « plus de justice sociale » ! « A l’origine en 2007, il s’agissait de créer un “choc de confiance et de croissance”. Or, aujourd’hui, le bouclier fiscal est perçu comme un Himalaya d’injustice » !

Bravo Jean-Pierre (et jolie formule, au passage) , tu tiens le bon bout ! Mais sans doute faut-il aller plus loin. Comme le rappelait ce matin François Baroin, le bouclier fiscal « concerne environ 20 000 personnes » et sa restitution devrait s’élevait cette année à « 650 à 700 millions d’euros » (au passage, le ministre nous apprend ainsi que le dispositif va coûter 20% de plus en 2010...). Alors si le bouclier fiscal est « un Himalaya d’injustice », que dire de l’exonération de charges et d’impôts sur les heures supplémentaires ? Voilà une autre mesure phare de Nicolas Sarkozy. Il s’agit même de la mise en pratique de son fameux « travailler plus pour gagner plus ». Mais sur ce sujet, Jean-Pierre ne posera pas de questions…

Et pourtant, comme l’expliquait récemment Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques (1), « cette incitation fiscale coûte cher au budget de l’Etat (4 milliards d’euros) et les heures sup se substituent à des emplois nouveaux ». En 2008, les « 727 millions d’heures supplémentaires » enregistrées représentaient selon lui « l’équivalent de 466 000 emplois à temps plein » ! En 2009, crise oblige, les heures sup’ sont retombées à hauteur de « 676 millions », mais cela représenterait encore près de « 434 000 emplois » !

Malheureusement, dans une posture qui confine à l’autisme, il n’en est pas un à la tête de l’Etat pour admettre qu’il y a bien interaction entre l’exonération des heures supplémentaires et l’évolution du chômage. Et la planète média se contente actuellement d’évoquer à qui mieux mieux la suppression du bouclier fiscal, bien sûr nécessaire mais certainement pas suffisante. Mais les journalistes apprennent un peu plus chaque jour. La preuve avec Jean-Pierre. Laissons-lui encore quelques mois (mais pas plus) et formulons le vœu pieu qu’il finisse par crier au micro d’Europe 1 : « Haro sur les heures sup’ » (un Everest d’injustice ?) !

................................................

Note :

(1) http://www.alternatives-economiques...


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende