Des Grecs au Canada pour protester contre le projet de mines écologiquement destructrices

Durée de lecture : 2 minutes

28 mai 2013 / Mining Watch


Une délégation du nord de la Grèce effectue une visite au Canada du 26 au 31 mai 2013, pour alerter les Canadiens au sujet de l’état actuel des projets miniers de la société Eldorado Gold de Vancouver à Skouriès et Perama Hill.

La délégation grecque est composée du maire d’Alexandroupoli, Vaggelis Lampakis, de Tolis Papageorgiou de Halkidiki et de Maria Kadoglou de l’organisme Hellenic Mining Watch.

« L’exploitation minière dans la région a toujours été modeste et souterraine, mais ces activités à petite-échelle ont malgré tout laissé un héritage de pollution », souligne Maria Kadoglou. « Nous parlons maintenant d’une intensification importante des activités minières, incompatible avec la taille de la péninsule de Halkidiki, qui n’est pas un désert, mais plutôt une région densément peuplée dotée d’un riche patrimoine naturel et d’une histoire culturelle exceptionnelle - qui en fait la troisième destination touristique en importance au pays ».

La délégation a pris la parole au nom des collectivités touchées à Thrace et Halkidiki, où l’opposition aux projets miniers est à son comble. Les délégués ont parlé du contexte explosif et du climat de violence entourant les projets, de même que de la corruption du processus démocratique à l’endroit même où Aristote est né.

Selon Mme Kadoglou, « [l]e gouvernement grec et la société Eldorado semblent croire qu’il est possible d’imposer un projet dont la majorité de la population ne veut pas, par la violence, la répression et des sanctions à l’endroit des protestataires. »

La délégation s’attarde aussi à la réputation de plus en plus mauvaise du Canada à l’étranger et a cité à cet égard l’intervention du gouvernement canadien en Grèce par l’entremise de l’ambassade du Canada, le financement consenti par Exportation et développement Canada et les investissements faits par les régimes publics de retraite.

Tout cela montre bien comment le Canada cherche à faire oublier des projets miniers destructeurs et conflictuels en brandissant des mesures soi-disant pour favoriser la « responsabilité sociale des entreprises ».

« Nous voulons que le gouvernement canadien arrête de faire la promotion de ces projets miniers catastrophiques auxquels s’opposent les collectivités locales de Halkidiki et de Thrace. Les citoyens grecs devraient pouvoir décider eux-mêmes de l’avenir auquel ils aspirent », d’ajouter Mme Kadoglou.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Mining Watch Canada

Lire aussi : Grèce : la police refoule les écolos anti mines d’or

16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info