Faire un don
28806 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
36 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Des Indiens isolés fuient le Pérou à cause de l’exploitation forestière

Durée de lecture : 2 minutes

17 mars 2009 / Survival International

Un rapport publié aujourd’hui par Survival International confirme que l’un des derniers groupes d’Indiens isolés au monde a fui du Pérou vers le Brésil pour échapper à l’exploitation forestière illégale.

Le rapport expose les preuves trouvées depuis 2004 par les employés de la FUNAI, le département des affaires indigènes du gouvernement du Brésil. A de nombreuses reprises ils ont observé les Indiens, ils ont même photographié des flèches leur appartenant et des maisons construites par leurs soins. Il y a aussi des planches en mahogany, un bois d’acajou rare, qui passaient sur la rivière Envira devant le poste de protection de la FUNAI, descendant la rivière depuis le Pérou où l’on sait que vivent des Indiens isolés.

« (Il y a eu une) migration forcée de groupes autonomes du Pérou, causée par l’exploitation du bois d’acajou aux sources des rivières péruviennes Jurua, Purus et Envira », a déclaré dans le rapport José Carlos Meirelles, chef de l’équipe de la FUNAI. « Les flèches (appartenant aux Indiens) s’accumulent sur mon bureau… La situation ne sera résolue que lorsqu’on laissera les Indiens en paix de l’autre côté de la frontière. »

Les bûcherons ont envahi le territoire des Indiens isolés en toute illégalité, à la recherche des derniers arbres d’acajou au monde commercialisables. Ils sont souvent armés et exposent les Indiens à des maladies contre lesquelles ils n’ont aucune immunité. On estime que la moitié des Murunahua sont morts suite au premier contact forcé entre des membres du groupe et des bûcherons, en 1996.

Le rapport de Survival exhorte le gouvernement péruvien à « protéger le territoire des Indiens isolés en expulsant tous les bûcherons et en interdisant l’accès à tout étranger ainsi que toute forme d’extraction de ressource naturelle dans les zones où ils vivent… Actuellement, les Indiens isolés courent un risque majeur et sont menacés d’extinction. »

La publication du rapport a lieu au moment où la FUNAI s’apprête à construire un autre poste de protection des Indiens isolés dans une région analogue de la forêt tropicale. La FUNAI vient également de terminer la démarcation d’une nouvelle réserve qui sera la troisième zone établie pour les Indiens isolés dans cette région.

M. Mereilles était dans l’avion d’où ont été prises des photos de l’un des groupes d’Indiens isolés du Brésil, l’an dernier. Ces photos, diffusées par Survival, ont fait la une des médias internationaux.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.survivalfrance.org/actu/4338

9 décembre 2019
« La grève est écologique : elle limite la production »
Entretien
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info




Du même auteur       Survival International