Des animaux dans les exploitations agricoles - que du bonheur

Durée de lecture : 2 minutes

27 août 2020 / Nicolas Dubranna



Dans « Des animaux au jardin biodynamique », Nicolas Dubranna explique les multiples intérêts de la présence d’un animal pour des métiers davantage liés au végétal.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Accueillir un animal sur un domaine agricole est un souhait de beaucoup d’agriculteurs, des maraîchers, des arboriculteurs, des producteurs de plantes médicinales, des céréaliers…

L’intérêt de la présence d’un animal est multiple pour des métiers davantage liés au végétal. Tout d’abord l’animal apporte un meilleur équilibre dans les composts, notamment du rapport carbone/azote, mais il améliore aussi le processus qui va le mener à maturité plus rapidement, avec une vitalité améliorée.

L’animal permet de valoriser des espaces souvent laissés un peu en déshérence autour de la ferme. Pour les arboriculteurs et viticulteurs, volailles, ânes, cochons ou moutons permettent de réguler l’herbe entre les rangs, d’apporter de l’engrais par les déjections, de supprimer également les fruits tombés qui pourraient induire des maladies. Un rôle d’assainissement.
Les animaux peuvent également être une source de revenu complémentaire par les productions diverses qu’ils procurent, œufs, viande, laine…

Au-delà de beaucoup d’apports pratiques et matériels, n’oublions pas la vie, le contact équilibrant avec nos animaux d’élevage. Il s’agit là d’un plus non quantifiable qui apporte de la joie, de l’affection, bref une vie de l’âme qui participe à l’équilibre de l’agriculteur sur sa ferme.

Vous découvrirez tout au long de cet ouvrage la « personnalité » de chaque espèce présentée (l’âne, le lapin, le cochon, le mouton, la chèvre, l’oie, le canard et la poule, regroupés dans le chapitre « basse-cour »), tous les intérêts qu’elle peut apporter et le peu d’investissement que nécessite le choix d’accueillir un animal sur un domaine agricole.


Auteur de nombreux articles parus dans la revue Biodynamis, Nicolas Dubranna a recours à une approche dite « phénoménologique », reposant sur ses observations attentives de la nature animale.

Les six chapitres du livre comprennent chacun une partie « phénoménologique » dans laquelle l’auteur dresse un portrait minutieux de l’animal en question et de sa nature profonde, ainsi qu’une partie pratique comportant notamment les rubriques suivantes : logement et espaces de vie, alimentation, prévention et soin courants, reproduction, bénéfices mutuels et associations animales.


  • Des animaux au jardin biodynamique. Vers une pratique respectueuse de l’élevage familial, de Nicolas Dubranna, éditions MABD, mai 2020, 144 p., 14,22 €.



28 septembre 2020
Un an après Lubrizol, les Rouennais manifestent pour la vérité
Reportage
26 septembre 2020
Sénateurs, ils et elle racontent comment ils font avancer l’écologie
Info
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique