Des citoyens se mobilisent pour nettoyer une décharge en montagne

Durée de lecture : 1 minute

11 octobre 2013 / Respect Planète

Une décharge sauvage bien dissimulée en montagne de Haute-Savoie a été repérée par des guides. Des citoyens se retrouvent pour une grande opération de restauration du torrent de l’Epine devenu décharge sauvage, le samedi 12 octobre.


Olivier Dufour (Guide de haute montagne d’AltaVia) et Philippe Goitschel (Respect-Planet), ont repéré une décharge sauvage en pleine montagne.

Des déchets, essentiellement automobiles (pièces de tôlerie, essieux, moteurs, roues, pneus d’automobiles et de camions, futs de cent à cent cinquante litres, bidons de produits diluants et autres …), ont été précipités du haut d’une falaise pour aboutir près d’un cours d’eau cent cinquante mètres en contrebas.

Leur quantité, éparpillée sur une surface d’un demi-hectare, est estimée à cent m3. La décharge, datant visiblement de dix à quarante ans, borde le sentier de grande randonnée GR96 (Tour des pays du Mont-Blanc).

Le site, magnifique mais difficile d’accès, demande quarante-cinq minutes de marche. Notre responsabilité envers les générations futures impose maintenant de réfléchir à la faisabilité d’une collecte suivie d’une évacuation en centre de tri.

Rappelons-nous qu’encore aujourd’hui, pour certains cerveaux reptiliens, un déchet jeté dans un sous-bois ne dérange personne.

Rendez-vous le 12 octobre 2013 :

Toutes les bonnes volontés sont bienvenues pour nettoyer ce site naturel le long du GR 96.

Le rendez-vous est fixé à 8h le 12 octobre, services techniques (pompiers) de Magland (Haute-Savoie). Casse-croûte offert par la mairie de Magland, prévoir une tenue adaptée au travail en montagne, et de bonnes chaussures de marche.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Respect Planet

Voir par ailleurs Monsieur Hollande : ouvrez les yeux sur le scandale des décharges françaises ! Regardez Super Trash