Des cours universitaires en ligne et gratuits

Durée de lecture : 1 minute

2 décembre 2013 / Orchestre poétique d’avant-guerre


L’Université catholique de Louvain, l’École normale supérieure, l’École normale supérieure de Lyon, l’École polytechnique, l’École polytechnique fédérale de Lausanne et l’Université de Montréal lancent le portail « Océan », ont annoncé les universités dans un communiqué commun lundi 18 novembre. Ce portail va structurer l’offre francophone de « formations en ligne ouvertes à tous » (FLOTs), des cours francophones en ligne gratuits.

L’Université catholique de Louvain, déjà présente sur une plate-forme internationale destinée à héberger des cours en ligne (edX), compte actuellement deux cours sur ce portail francophone. « Le rôle des universités c’est la construction et la diffusion du savoir. Ici on a une possibilité de diffusion moderne », explique Vincent Blondel, coordinateur du projet Océan pour l’UCL. « Nous n’avons pas d’intérêt financier, les cours sont gratuits. Il s’agit simplement du rôle sociétal de l’UCL. »

« Océan souhaite favoriser le développement d’une offre de FLOTs, qui contribuera à l’enseignement dans les régions francophones », indique le communiqué. « Il s’agit là d’un enjeu de taille pour les 220 millions de francophones dans le monde et les 100 millions de personnes apprenant le français. » « Ces cours permettent à tout un chacun de suivre un cours qui l’intéresse, peu importe sa localisation », indique Vincent Blondel. « Près d’un tiers des gens qui suivent un cours en ligne le font par simple intérêt. Puis il y a aussi les étudiants qui ne sont pas encore inscrits et qui veulent s’informer sur les cours et leurs degrés d’exigence. » Le portail Océan devrait à terme proposer des cours de toutes les facultés de différentes universités francophones belges et internationales.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Opa-infos.

Ecouter aussi : Pourquoi l’éducation populaire va-t-elle contre la fatalité ?.

13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage