Des firmes US veulent commercialiser des saumons transgéniques

Durée de lecture : 3 minutes

26 janvier 2013 / Avaaz


Les États-Unis ont sur le point d’offrir au monde un cadeau empoisonné : le premier saumon génétiquement modifié qui pourrait décimer les saumons sauvages et menacer notre santé. Mais nous pouvons encore agir avant de retrouver ce poisson mutant dans nos assiettes.

Ce nouveau saumon génétiquement modifié grandit deux fois plus vite que les saumons naturels et aucun scientifique ne connaît les conséquences à long terme de sa consommation sur la santé. Pourtant, la FDA américaine (Food and Drug Administration) s’apprête à le déclarer propre à la consommation sur la base de recherches financées par l’entreprise qui a fait naître cette créature ! Heureusement, la législation américaine contraint le gouvernement à consulter l’opinion publique avant de prendre sa décision. Les consommateurs, les défenseurs de l’environnement et les pêcheurs sont de plus en plus nombreux à appeler le gouvernement à rejeter cette folie. Pour qu’ils gagnent, le monde entier doit se faire entendre des autorités américaines.

La consultation se tient en ce moment même. Ne ratons pas cette occasion de renvoyer ce poisson mutant loin de nos assiettes. Signez notre pétition pour arrêter l’invasion de ce « poisson Frankenstein » et parlez-en autour de vous. Quand nous aurons recueilli un million de signatures, nous ajouterons notre appel à la consultation publique.

L’entreprise qui a développé ce saumon répond au nom d’AquAdvantage®. Elle a modifié l’ADN d’un saumon Atlantique pour créer un nouvel animal qui grandit à la vitesse de l’éclair. Outre le fait que nous n’avons aucune idée des conséquences à long terme sur la santé, il faut savoir que si des saumons adultes ou des œufs se retrouvent dans la nature, ce super-saumon pourrait décimer des populations entières de saumon sauvage. Pire encore, une fois qu’ils seront dans nos supermarchés, il sera extrêmement difficile de distinguer ce "poisson Frankenstein" des saumons « naturels ». Quasi-impossible de l’éviter !

Le secteur des biotechnologies a déjà dépensé des millions de dollars en lobbying afin que les États approuvent ses organismes génétiquement modifiés. Ce « Frankenfish » est leur nouvelle poule aux œufs d’or. Une fois qu’il sera mis sur le marché, comment bloquer les autres aliments transgéniques, comme les viandes OGM ? Heureusement, la FDA doit prendre en compte l’opinion publique avant de rendre sa décision. Si nous la surprenons avec une immense mobilisation mondiale quand elle s’y attend le moins, nous pouvons arrêter cette mesure irresponsable. Le saumon mutant est à deux doigts d’arriver sur nos étals. Empêchons le secteur des biotechnologies de décider du contenu de notre assiette. Aidez-nous à atteindre un million de voix pour arrêter ce poisson mutant :

Pétition Avaaz

Les membres d’Avaaz se sont déjà mobilisés par le passé pour protéger la nature et notre alimentation des dangers des OGM. En 2010, plus d’un million d’entre nous se sont mobilisés contre les OGM en Europe. Rassemblons-nous aujourd’hui encore pour que les saumons génétiquement modifiés ne soient plus qu’un mauvais souvenir.

Avec espoir,

Jamie, Nick, Emma, Dalia, Emily, Paul, Ricken, Wen-Hua et toute l’équipe d’Avaaz

........................

Pour en savoir plus :

États-Unis : les débats continuent… et l’autorisation est toujours en attente (Inf’OGM)

Du saumon génétiquement modifié bientôt dans vos assiettes (Slate)

Les États-Unis pourraient autoriser un saumon génétiquement modifié (lemonde.fr)

Rapport de la FDA sur la commercialisation du saumon AquAdvantage (FDA) (en anglais)



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Courriel à Reporterre de Avaaz

Lire aussi : La culture des OGM a presque disparu d’Europe, hormis l’Espagne

17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
16 octobre 2019
L’accès à l’eau, enjeu de la guerre turque en Syrie
Tribune




Du même auteur       Avaaz