Des hôtels à insectes : l’idée pour préserver les écosystèmes des jardins !

Durée de lecture : 3 minutes

7 juillet 2014 / Alternative, Autogestion et Autonomie

Les insectes sont indispensables dans l’équilibre de certains écosystèmes. Et pour assurer leur survie et optimiser leur présence, quoi de mieux que de leur construire un hôtel ?


L’hôtel à insectes est un concept qui permet d’optimiser la présence, par la survie hivernale, des insectes qui sont souhaités dans des écosystèmes où la pollinisation et la biodiversité sont recherchées (jardin potager, verger, construction haute qualité environnementale - HQE- ). L’été, il peut également servir de support de ponte à certaines espèces comme les abeilles maçonnes.

Mais les hôtels à insectes restent avant tout des éléments d’information et de pédagogie. Malheureusement ce n’est pas aussi simple que ça : construire des hôtels ne suffira pas à sauvegarder les populations d’insectes auxiliaires en fort déclin…

En effet, il faut leur offrir des lieux où ils peuvent se nourrir sans s’intoxiquer. De plus, ce concept est partiel, car bien des insectes, dont les pollinisateurs, nécessitent des espaces non labourés ni remués : ils ont besoin d’espaces sous le sol. Un pot retourné, rempli de mousse et ou de paille peut faire merveille.

Des insectes pour lutter contre les parasites et assurer la pollinisation

Loger les insectes, oui, mais par n’importe lesquels : l’objectif est d’abord, pour les jardiniers, de favoriser les espèces d’insectes auxiliaires, précieux alliés pour lutter contre les parasites des plantes.

Ce n’est pas tout à fait de la lutte intégrée, très utilisée en culture biologique, mais presque : on n’introduit pas artificiellement des populations d’insectes bénéfiques, mais on les attire dans son jardin, et on les encourage à y rester, afin qu’ils se nourrissent des espèces nuisibles ou assurent la pollinisation.

Certains parcs et potagers cultivés sans pesticides chimiques n’hésitent pas à offrir le gîte aux insectes auxiliaires. C’est par exemple le cas du Jardin des Découvertes sur l’Ile Saint-Germain, à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine ; ou du vaste jardin potager du château de Valmer, en Touraine.

Construire son hôtel : les plans

Construire un hôtel à insectes -1
Construire un hôtel à insectes -2

Aménagement et locataires attendus

1 - Pour les chrysopes : boîte remplie de fibres d’emballage, avec quelques ouvertures en fentes.

2 - Pour les bourdons : l’autre boîte avec un trou de 10 mm de diamètre et une planchette d’envol.

3 - Pour certaines abeilles et guêpes solitaires, comme la mégachile : la natte de roseau enroulée.

4 - Pour les abeilles solitaires  : des briques creuses remplies d’un mélange de glaise et de paille.

5 - Pour divers hyménoptères, notamment les syrphes : des tiges à moëlle (ronce, rosier, framboisier, sureau, buddleia).

6 - Pour les insectes xylophages  : des vieux bois empilés.

7 - Pour certaines abeilles et guêpes solitaires, comme les osmies : du bois sec avec des trous.

8 - Pour les forficules : un pot de fleurs rempli de fibres de bois.

9 - Pour les carabes : des morceaux de branches.

Votre hôtel va pouvoir ouvrir ses portes avant l’hiver, juste à temps pour accueillir pontes et larves de certains insectes. Il contribuera à enrichir au fil des ans la micro faune d’insectes auxiliaires et pollinisateurs de votre coin de paradis.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Alternative, Autogestion et Autonomie

Lire aussi : Chronique du jardin sans pétrole - La belle de nuit s’impose en splendeur

13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale