Des tonnes de CO2 un jour, des grammes un autre...

Durée de lecture : 3 minutes

7 novembre 2009 / Jean Sireyjol

On parle de tonnes de CO2 pour la taxe carbone, mais de grammes de CO2 pour la consommation d’une automobile : derrière cette ruse sémantique se cache la volonté de ne rien changer.


Sommes nous stupides ?
Nous créons en 1988 un groupe d’experts pour étudier le climat. Une initiative unique en son genre, le GIEC : 2500 experts du monde entier confrontant leurs résultats pour parvenir à une meilleure connaissance d’un phénomène complexe : l’évolution du climat.
Mais lorsque le GIEC livre son diagnostic, catégorique - « ce sont les gaz à effet de serre provoqués par les activités humaines qui causent le réchauffement climatique en cours », - nous commençons à le regarder de travers.

Quant à la solution qu’il propose, tout aussi catégorique, c’est une vérité qui dérange : « Il faut diviser par 2 les émissions mondiales de CO2, soit pour un pays riche comme la France une division par 4 ; c’est le facteur 4 ». Diviser par 4 nos déplacements en avion ? Diviser par 4 notre consommation d’essence en voiture ? Diviser par 4 notre consommation d’énergie pour chauffer nos logements ? Diviser par 4 notre consommation de viande rouge ? Diviser par 4 nos achats ? Qui parle de tout ça, ou plutôt, qui ose en parler ?

Sommes nous stupides ? Serions nous incapables de comprendre la gravité de l’enjeu et l’importance de notre rôle individuel ?

Le CO2 en grammes

Les constructeurs automobiles nous informent à longueur de publicités sur les émissions de CO2 de leurs petits bolides. Ainsi, apprenons nous que cette voiture qui consomme 6,2 l aux 100 km, émet 165 g de CO2 au km. 165 g, voilà un nombre bien précis : au fait, les grammes de CO2, c’est encore plus léger que les grammes de plume ?

En tout cas, ce qui est léger, c’est de donner les émissions de CO2 au km et pas aux 100 km, alors que la quantité de CO2 émise est exactement la quantité de carbone contenue dans les litres de carburant utilisés, donnés, depuis la nuit des temps, aux 100 km. Donc cette voiture elle émet 16,5 kg de CO2 aux 100 km ! Ce serait trop culpabilisant ainsi ?
Si on nous parle ainsi en gramme, c’est bien pour nous faire sous estimer le problème qui nous fait face.

Le CO2 à la tonne

Avec le débat de l’été autour du prix de la taxe carbone, on a eu un exemple opposé. Souvenez vous, cette tonne de CO2, à combien il faut la taxer ? 32€ disaient les experts de la commission Rocard, c’est beaucoup trop nous a expliqué Fillon, 12€ c’est bien suffisant. Finalement le Président a tranché, ce sera 17€ la tonne.

Cette valse des chiffres et des arguments a été bien distrayante et parfaitement irréelle tant qu’on n’a pas établi la correspondance avec le litre d’essence : 32€ la tonne de CO2 c’est 8 centimes au litre, 17€ la tonne c’est environ 4 centimes.

Comme se l’est demandé le journal Sud-Ouest cet été : « Une tonne de CO2 à quoi ça ressemble ? » Qui se souvient de la réponse ?

Parler aux Français soit en tonnes de CO2 pour leur dire : « ceci ne vous concerne pas, c’est trop gros pour vous », soit en grammes de CO2 pour leur dire : « c’est insignifiant, surtout ne changez pas vos habitudes avec la voiture », est-ce une façon intelligente et sincère de mettre en œuvre le projet Facteur 4 ?




Source : Courriel à Reporterre

L’auteur : Jean Sireyjol préside l’association taca. Taca, pour TAxe CArbone (avec redistribution), et aussi pour Taca réduire toi-même tes émissions de CO2.

Infos : http://www.taca.asso-web.com

Lire aussi : Les émissions mondiales de CO2 toujours à la hausse http://www.reporterre.net/spip.php?...

15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim




Du même auteur       Jean Sireyjol