Disney, royaume désenchanté

Durée de lecture : 7 minutes

4 novembre 2008 / Peuples solidaires

La compagnie Disney fait commerce du rêve pour enfants. Mais les produits qu’elle commercialise sont fabriquées en Chine dans des conditions inhumaines.

Comme des millions d’hommes et de femmes, Disney vous a sans doute fait rêver lorsque vous étiez enfant. Comme des millions de personnes, vous connaissez, et appréciez sans doute l’espiègle souris Mickey, ou encore Winnie, l’ourson gourmand. Le succès de l’entreprise Disney a aussi de quoi faire rêver :
- Plus de 35 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2007,
- Des milliers de produits de consommation (jouets, meubles, montres, stylos, livres, vêtements etc),
- Des centaines de chaînes de télévision, des sites Internet, des services de téléphonie mobile, des labels musicaux, des jeux vidéo, des magazines, des films, etc.
- 5 parcs d’attractions en Californie, en Floride, à Tokyo, à Paris et à Hong Kong.
Mais derrière la magie Disney, une ONG chinoise, la SACOM (Association des étudiants et universitaires contre la mauvaise conduite des entreprises) a découvert un autre univers en enquêtant chez deux fournisseurs de Disney situés dans la province du Guangdong, dans le Sud de la Chine.

Dans les usines de Tianyu Toys et Yonglida Toys, des centaines d’ouvriers chinois, majoritairement des femmes, fabriquent pour Disney des peluches et autres jouets à l’effigie des personnages de la marque, dans des conditions extrêmement dures et dangereuses.
Tianyu Toys impose une journée de travail de 12 à 15h. Il n’est pas rare que la journée finisse à minuit. Pendant la saison haute, lorsque les commandes affluent, les ouvriers ne sont même pas autorisés à prendre de jours de repos. Chez Yonglida, des conditions similaires ont pu être observées, et les ouvriers manquent tous de sommeil.

Chez Tinayu Toys, une ouvrière en charge de la couture finale des peluches « Winnie l’ourson » gagne à peine 1 centime d’euro par pièce fabriquée. Pour atteindre des salaires à peu près soutenables, les ouvriers sont contraints de faire de nombreuses heures supplémentaires. La direction impose en outre des quotas de production, et si les ouvriers ne les atteignent pas, ils ne sont tout simplement pas payés.
« Pendant la saison basse, je gagne à peine 48 à 58 euros par mois, ce qui est bien en dessous du salaire minimum légal qui est de 67 euros par mois. L’hébergement et la nourriture me coûtent 12,6 euros, ce qui correspond à peu près à un quart de mon salaire, automatiquement déduit de ma paye. Le reste me suffit à peine pour vivre… »

Dans l’atelier « peinture » de Tianyu Toys, les ouvriers souffrent de la chaleur insoutenable qui règne dans les locaux. Les ventilateurs restent généralement éteints, pour « préserver la qualité de la peinture et du produit fini ». Les ouvriers disent souffrir de graves maux de tête et d’estomac tant ces odeurs sont insupportables.

Chez Yonglida, les ouvriers dorment dans des dortoirs exigus et surpeuplés. Chaque dortoir accueille ainsi entre 8 et 16 ouvriers. L’odeur dans les toilettes communes est abominable et les locaux sont infestés de rats et autres vermines.

Selon Disney, le respect des droits humains chez ses fournisseurs est au centre de ses préoccupations. À l’instar des autres grandes multinationales du jouet, Disney s’est dotée dès 1996 d’un Code de conduite, à destination des fabricants qui contient la liste des exigences de la société en matière notamment de droits de l’Homme au travail et qui couvre l’ensemble des droits fondamentaux des travailleurs. Il a été traduit en 50 langues, accompagné de milliers de formations, et de dizaines de milliers d’audits sociaux, réalisés dans plus de 50 pays à travers le monde, y compris en Chine.

Et pourtant, les enquêtes le prouvent, ces dispositions ne sont pas appliquées. Alors, d’où vient le problème ?
« La Walt Disney Company s’engage à promouvoir et maintenir des pratiques internationales de travail responsables à la fois dans ses opérations de licence et de sous-traitance directe partout dans le monde ». Extrait du Site Internet de Disney

Chez Tianyu et Yonglida Toys, aucun des ouvriers interrogés par la SACOM n’avait jamais entendu parler du Code de Conduite Disney...Pire, chez Tianyu Toys, l’enquête de la SACOM révèle que, en prévision des audits, la direction avait préparé une série de questions-réponses types à destination des travailleurs. Des sessions de formation destinées à leur apprendre comment répondre « correctement » aux questions des auditeurs ont même été organisées. Les employés étaient prévenus : « s’(ils) répond(aient) mal aux questions des auditeurs, (l’usine) perdrait des commandes et (ils) perdr(aient) leur emploi »…
En Chine, les travailleurs ne sont pas libres de former des syndicats de leur choix ou d’y adhérer, puisque le gouvernement n’a pas souscrit aux normes fondamentales de l’Organisation internationale du travail sur la liberté d’association et de négociation collective. Or, les organisations de la société civile le martèlent depuis des années : pour que les droits des travailleurs soient réellement respectés dans les pays producteurs, il faut avant tout que les travailleurs connaissent leurs droits et qu’ils soient en mesure de les défendre eux-mêmes.

C’est pourquoi nous demandons au PDG de Disney :
- de favoriser la création de mécanismes de représentation des travailleurs chez tous les fournisseurs de Disney ;
- d’engager un dialogue sérieux avec Peuples Solidaires, la SACOM et les organisations syndicales internationales, en vue d’améliorer sa responsabilité sociale tout au long de sa chaîne d’approvisionnement en Chine et dans d’autres pays.
Certes, la responsabilité des bas salaires revient en tout premier lieu aux fournisseurs eux-mêmes, qui violent la législation de leur pays en même temps que les dispositions internationales et celles du Code de conduite de Disney. Mais les multinationales comme Disney doivent reconnaître que leurs pratiques d’achat, et en particulier, la pression exercée pour obtenir des prix toujours plus bas, constituent un obstacle majeur à l’amélioration des salaires dans les chaînes d’approvisionnement du secteur du jouet.

C’est pourquoi nous demandons au PDG de Disney :
- d’augmenter le prix à la commande afin de permettre à ses fournisseurs de payer un salaire décent aux ouvriers.

AGISSEZ avec Peuple Solidaires !
Nous n’appelons pas au boycott de Disney car cela nuit souvent en premier lieu aux ouvrier(e)s concerné(e)s. Nous vous invitons à une mobilisation citoyenne pour que cette entreprise assume sa responsabilité sociale et modifie ses pratiques d’achats :

=> Écrivez au PDG de Disney pour soutenir les demandes de la SACOM et de Peuples Solidaires :
- Téléchargez la lettre de protestation sur notre site : www.peuples-solidaires.org

− Envoyez un e-mail de protestation en un simple « clic » : www.peuples-solidaires.org


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et contact : Peuples Solidaires
10, quai de Richemont, 35000 Rennes.
Tel : 02 99 30 60 53
info@peuples-solidaires.org

17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune




Du même auteur       Peuples solidaires