Dix raisons pour abandonner la voiture

Durée de lecture : 3 minutes

22 septembre 2009 / Réseau des objecteurs de croissance


Le PARK (ing) Day est un événement mondial d’une journée où
citoyens, artistes et militants collaborent pour transformer
temporairement des places de stationnement en "PARK (ing)" : espaces
verts et publics temporaires. L’objectif est d’amener les citoyens à
repenser la manière dont on utilise les rues et l’espace urbain. Et
finalement engager une réflexion globale sur la notion de qualité de
vie en centre ville ainsi que la place qu’on y fait à la nature.

1 0 F A I T S S U R L A V O I T U R E

1. Depuis janvier 2009, on a compté 12 morts sur les routes genevoises... Chaque année dans le monde, 1,2 millions de personnes meurent dans des accidents de la circulation et 30 millions d’autres sont sérieusement blessées. Cela représente 3200 personnes par jour, v’est-à-dire autant que les victimes du World Trade Center (11 septembre 2001) chaque jour ! La moitié de ces victimes sont des piétons et des cyclistes. (OMS, Juin 2009)

2. Les enfants vivant en bordure de routes fréquentées par plus de 20’000 véhicules par jour (p.ex. rue de Lyon, bd du Pt d’Arve, etc.) ont 6 fois plus de risques de développer un cancer que ceux qui vivent aux abords de voies peu parcourues (moins de 500 véhicules/jour).
(Monitor Publishing, avril 2000)

3. Les normes fédérales de pollution de l’air et du bruit sont dépassées plusieurs dizaines de fois par an, notamment au centre-ville de Genève où vit et travaille la majorité de la population.

4. Fin 2007, Genève comptait 216’438 voitures, lesquelles étaient immobiles 98% du temps, ce qui équivaut à 267 terrains de foot de parking ! Or, plus de la moitié des déplacements en voiture font moins de 5km (max. 20 minutes à vélo) et le taux d’occupation moyen aux heures de pointe est de 1.2 personne par voiture.

5. Le canton de Genève compte 468 voitures pour 1000 habitants (contre 343 à Bâle-Ville). Si l’on transposait ce taux à toute la planète, il faudrait près de 3 milliards de voitures ! C’est impossible à cause des quantités limitées de pétrole et de matières premières : la voiture est
donc un moyen de transport impossible à généraliser !

6. Les voitures entraînent la dépendance de nos sociétés aux énergies fossiles ! 97% des voitures actuelles fonctionnent au pétrole : on parle de futures « voitures propres » pour faire oublier qu’aujourd’hui circulent près d’un milliard de voitures sales ! Quel que soit son mode
de propulsion, un quart des dégâts écologiques engendrés par l’automobile résulte de sa production.

7. L’automobile est responsable de 30% des émissions de CO2, contribuant massivement au réchhauffement climatique qui menace l’avenir de l’humanité. La Suisse, avec 184gCO2/km détient le record des voitures les plus fortement émettrices de toute l’Europe !

8. Deux voies de chemin de fer peuvent transporter autant de passagers par heure queseize voies d’autoroute. Dans un cas, il ne faut que 15 mètres de large, dans l’autre, 120 mètres.

9. L’industrie de l’automobile réinvestit annuellement 2,6 milliards de dollars en publicité pour nous vendre une idée de la liberté et de la performance mensongère, désuète et dangereuse pour la santé. Les médias dépendants de ces revenus publicitaires évitent le plus souvent
d’aborder la servitude et la destruction qu’entraîne notre culture de l’automobile.

10. Près d’un million de Suisses vivent sans voiture. En Ville de Genève, 36% des ménages n’ont pas de voiture (à Bâle ou Paris, ils sont plus de 50%), à eux nos remerciements !

MARDI 22 SEPTEMBRE, PARTICIPEZ À LA JOURNÉE MONDIALE SANS VOITURE !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Info : http://www.parkingday.org

Lire aussi : En vélo et Sans voiture : une journée seulement ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info