EDF n’aime pas l’EPR conçu par Areva

Durée de lecture : 4 minutes

14 novembre 2011 / Marie-Caroline Lopez (La Tribune)

’Une partie des équipes nucléaires de l’électricien juge depuis le début trop coûteux et trop sophistiqué ce réacteur, conçu sans eux"


EDF, dont une partie des équipes a toujours été hostile au réacteur EPR, développé par Areva et Siemens, propose une porte de sortie à l’affrontement entre Verts et PS sur l’EPR de Flamanville, en affichant sa volonté de laisser tomber ce modèle. Hervé Machenaud, membre du comité exécutif d’EDF, en charge de la production et de l’ingénierie, a commencé à dévoiler cette ligne lors d’une conférence de presse jeudi 10 novembre sur le chantier de Flamanville (Manche). « Un réacteur, quel qu’il soit, n’est jamais la fin d’une histoire technologique, a-t-il dit. L’EPR est le modèle dont on dispose en ce moment, que nous construisons ici et en Chine, bientôt j’espère en Grande-Bretagne, mais aussi en Pologne et en République tchèque. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille s’arrêter dans la réflexion sur le modèle suivant. »

En clair : EDF propose l’EPR tant qu’il n’aura pas un autre modèle dans ses cartons. Et l’électricien y travaille déjà. « Ce n’est pas grave. C’est comme dans l’automobile, il y a des modèles qui marchent plus ou moins », relativise-t-on chez EDF. L’électricien planche avec son partenaire, l’électricien chinois CGNPC, sur un autre réacteur, plus petit (1.000 MW contre 1.700 MW pour l’EPR). « Et celui-ci n’aura pas grand-chose à voir avec l’EPR », affirme un proche du dossier.

Chez Areva, on s’affiche persuadé du contraire. « Nous travaillons avec EDF et les Chinois au développement d’un nouveau réacteur, pour lequel l’Atmea [version de l’EPR en 1.000 MW] servira de base », affirme Claude Jaouen, directeur réacteurs et services chez Areva. « En aucun cas. L’Atmea est un réacteur dessiné par des vendeurs, pas par des exploitants », rétorque-t-on chez EDF. « On remet tout à plat avec CGNPC. La première phase de conception est en cours, le ’basic design’ devrait être terminé fin 2013 », ajoute-t-on chez l’électricien.

Ce développement franco-chinois a été décidé il y a un an par les deux présidents de la République, qui en ont confié la responsabilité aux deux électriciens EDF et CGNPC. Pour tenter d’apaiser les tensions avec Areva, l’Élysée a chargé le CEA de superviser le tout. La tâche ne s’annonce pas aisée.

La pression des Verts

En renonçant à bâtir une vaste série d’EPR, EDF ne cède pas à la pression des Verts. Une partie des équipes nucléaires de l’électricien juge depuis le début trop coûteux et trop sophistiqué ce réacteur, conçu sans eux. La conception de cet « European Power Reactor » a été lancée par Framatome (ex-Areva) et Siemens au début des années 1990 dans le cadre du rapprochement franco-allemand mené par Mitterrand et Kohl. Pragmatiquement, il s’agissait de préserver le savoir-faire des équipes d’ingénierie françaises au moment où le programme nucléaire hexagonal se terminait, et où l’Allemagne hésitait, déjà, sur le sort du sien. « L’EPR a été conçu principalement en Allemagne, sur le modèle du réacteur allemand Konvoi, deux fois plus cher que les centrales françaises », souligne un spécialiste du secteur. Tenu à l’écart, EDF ne l’a jamais digéré.

Le ressentiment a tourné à la franche animosité au début des années 2000 lorsque l’EPR, fraîchement dessiné, est venu représenter les couleurs françaises en Chine contre l’AP1000 de l’américain Westinghouse. Un casus belli sur un terrain où EDF, pionnier du programme nucléaire chinois, régnait en maître.

« En 2003, les Chinois étaient au bord d’opter pour la généralisation de la dernière génération de centrales françaises, dites N4, lorsque les Américains ont fait le forcing et surtout Anne Lauvergeon est venue s’opposer au N4 pour vendre son EPR », se souvient un ancien d’EDF en Chine. Le bilan des deux chantiers d’EPR en France et en Finlande, où délais et facture ont doublé, passant de quatre à huit ans et de 3 à 6 milliards d’euros, ont achevé de sceller le sort de l’EPR chez EDF. Accessoirement, chez l’électricien, on veut croire qu’une promesse du style - « on finit Flamanville, mais on ne construit pas d’autres EPR » - pourrait fournir un terrain d’entente entre Verts et PS, et préserver le futur du nucléaire en France.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.latribune.fr/entreprises...

Photo : le chantier de l’EPR de Flamanville.

Lire aussi : Flamanville est un « exemple d’esclavage moderne »

25 janvier 2020
Retraites : 7e rassemblement, détermination toujours intacte
Reportage
27 janvier 2020
Une commune bretonne impose l’agriculture bio et paysanne à 400 propriétaires
Alternative
27 janvier 2020
« Nous appelons à des luttes locales et coordonnées contre les projets industriels »
Tribune